Vivre vite. B. Giraud

Vivre vite par Giraud

Brigitte Giraud vient de remporter le prestigieux Prix Goncourt grâce à ce récit qui se lit à toute vitesse. Vingt-ans après la disparition de son mari, Claude, dans un accident de moto à Lyon, Brigitte Giraud refait l’histoire, décortique la mécanique du drame pour enfin tenter de comprendre. A la recherche de la vérité, Brigitte Giraud a choisi de construire son récit sur la base de différentes hypothèses, des « si », des questions restées sans réponse. Et si la narratrice avait téléphoné à Claude la veille ? Et si Claude n’avait pas pris la moto sans autorisation ? Et si elle avait eu un portable ? Au fil des pages, la lectrice entre dans la vie de ce couple ressuscité, passionné de musique, à une époque où internet n’existait pas. Au cours de sa lecture, la lectrice découvre le personnage de Claude, ce qu’il aimait, ce qu’il écoutait, sa dernière journée ; un compte à rebours macabre. L’écriture de Brigitte Giraud semble familière, passionnante et émouvante dans sa quête de sens, de signes du destin suite à la perte de l’être cher. Malgré la multitude de petits détails, l’auteure livre avec pudeur ses sentiments, sa culpabilité et son incommensurable chagrin. Finalement, chaque lectrice pourrait être cette narratrice ; une femme frappée par le drame. Par sa façon de superposer l’imaginaire au réel, Brigitte Giraud nous offre un récit intime qui résonne. Excellent moment de lecture. Prix Goncourt 22.

Le lac au miroir. O. Lefranc

Le Lac au miroir par Lefranc

Connaissez-vous Bali ? Dans ce premier roman, Odile Lefranc crée un univers à la fois singulier et exotique qui plaît à la lectrice. Hannah Springer est la narratrice de cette fiction bien construite qui fait voyager de Bali, à Paris en passant par l’Allemagne. Avec talent, Odile Lefranc entremêle le passé et le présent tout en entretenant un certain suspense. Suite à une relation compliquée avec sa mère Magda, Hannah a claqué la porte de l’appartement familial, à l’âge de dix-huit ans. Vingt-ans plus tard, en vacances à Bali, Hannah apprend le décès brutal de sa mère et décide de se rendre illico à Paris. En effet, il est grand temps pour Hannah de reconstituer le passé familial, comprendre ses origines, découvrir enfin le nom de son père. En pénétrant dans l’appartement parisien, Hannah se souvient avec émotion d’un tableau qui a disparu au cours de son enfance : « Le lac au miroir ». Cette jolie toile est une œuvre de Walter Spies, un peintre allemand exilé à Bali, un siècle plus tôt. En enquêtant en Allemagne, Hannah va alors découvrir un lien avec le peintre, le passé trouble de son grand-père et les secrets bien gardés de sa défunte mère. Au fil des pages, Odile Lefranc rend un bel hommage à Walter Spies, reconstitue sa vie mouvementée sur l’île volcanique. La lectrice se passionne pour la quête de vérité d’Hannah, son besoin de réparer et son désir de femme. Grâce à la poésie qui se dégage du roman, la lectrice entrevoit la beauté de l’île de Bali, sa lumière et ses paysages d’où s’élève le son du gamelan. Bon moment de lecture.

La ville des vivants. N. Lagioia

La Ville des vivants par Lagioia

Certains livres laissent des traces, ils nous hantent quelques temps après leur lecture. L’ouvrage de Nicola Lagioia en est le parfait exemple. Directeur du salon international du livre de Turin, l’auteur a enquêté sur le meurtre sordide de Luca Varani à Rome, en 2016. En choisissant la fiction, Nicola Lagioia reconstitue le mécanisme d’un drame affreux, un assassinat commis par deux jeunes hommes oisifs dans une ville en pleine déchéance. Fruit d’un long travail de documentation qui se compose de pièces judiciaires, témoignages, écoutes et recherches, cette fiction va jusqu’au bout de l’enquête, au-delà du procès. Au cours de son travail journalistique, l’auteur cherche le point de rupture, l’instant où tout a basculé lors d’une soirée arrosée entre copains sous cocaïne. De son côté, la lectrice est bouleversée par la violence de l’assassinat et l’absence de mobile des deux protagonistes qui, par ce crime atroce, se condamnent eux même. Tout au long de la lecture, la lectrice ressent l’onde de choc, l’incompréhension de trois familles et de toute l’Italie. Captivé par ce fait divers, Nicola Lagioia ne lâche sa plume à aucun moment et chasse l’ennui. Bien construit, la fiction, qui s’apparente à un document, passionne tout en offrant une palette d’émotions. Bon moment de lecture. 

GPS. Lucie Rico

GPS par Rico

Le dernier roman de Lucie Rico nous propulse dans une autre dimension. C’est d’abord l’originalité de cette fiction qui surprend la lectrice. Voici le pitch : journaliste de faits divers au chômage, Ariane traîne chez elle sans grande motivation. Le jour où Sandrine l’invite à ses fiançailles, elle partage avec son amie sa position GPS afin de l’aider à trouver l’endroit. Mais, au lendemain des fiançailles, Sandrine disparaît mystérieusement. Grâce à sa géolocalisation, Ariane va suivre désespérément son amie en scrutant le petit point rouge sur l’écran de son portable. Ecrit à la deuxième personne du singulier, ce roman est décidemment très différent d’un roman classique. Malgré elle, Ariane devient spectatrice d’un polar dédié aux outils de technologies modernes comme le GPS, Google Maps, Street View ou Timelapse, en bouleversant allégrement notre rapport espace-temps. Au-delà de cet univers virtuel, Ariane éprouve des sentiments, des émotions sincères pour Sandrine ; un impossible deuil. Si au début de la lecture un doute s’installe, le roman finit par emporter la lectrice grâce à l’humour, la singularité et le cynisme de Lucie Rico. Finalement, cette fiction à suspense a le grand mérite de nous questionner à propos du monde virtuel et de ses limites. Prix Wepler 2022. Bon moment de lecture.

Etienne Daho, A Secret Book. S. Coma

Sous les branches du sapin de Noël, j’ai trouvé cette magnifique biographie d’Etienne Daho. L’auteure, Sylvie Coma, est une journaliste et amie du chanteur pop depuis leurs années de lycée à Rennes. La lectrice est conquise par ce livre grand format, son joyeux graphisme, le choix de la typographie et les innombrables illustrations. Sur les airs de « la notte », les pages se tournent avec l’envie d’en savoir plus à propos de ce garçon discret qui a grandi devant un juke-box en Algérie avant d’atterrir brutalement en France. En 1985, le succès éclate puis se poursuit avec « Pop Satori » qui le propulse chef de file de la pop française. De photos personnelles aux photos officielles en passant par des documents privés et des télégrammes colorés, la lectrice plonge un peu plus profondément dans l’univers particulier de l’artiste dont elle découvre l’histoire personnelle et les thèmes de prédilection. Fan inconditionnelle, la lectrice aime tourner les pages de cette biographie avant d’écouter les albums de son adolescence, sans jamais se lasser. Excellent moment de lecture.

961 heures à Beyrouth. R. Sekiguchi

961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent) par Sekiguchi

Cette auteure japonaise propose un livre étonnant à propos de son séjour à Beyrouth en 2018, avant la révolution d’octobre 2019 puis l’explosion du 4 août 2020. Ryoko Sekiguchi nous offre donc « un livre de la veille » ; un ouvrage de cuisine mais aussi une mémoire, « l’archive des cinq sens » d’une époque et un portrait de la ville. Les 321 plats correspondent à des observations, des fragments de vie, car en réalité il y a peu de recettes. Grâce à son point de vue, la lectrice devine les odeurs, les couleurs, le goût des ingrédients comme le zaatar, les feuilles de mloukhiya, le sésame et des plats comme le kebbeh, le mfataka ou le tabbouleh. Au fil des pages, son regard bienveillant, ses comparaisons avec les villes de Paris et Tokyo ainsi que la profondeur de ses réflexions rendent la lecture agréable. Par coïncidence, le chiffre 961 correspond à l’indicatif téléphonique du Liban. Un petit livre plein d’humanité et de curiosité. Bon moment de lecture.

Celle que vous croyez. C. Laurens

Publié en 2016, ce roman de Camille Laurens a été brillamment adapté au cinéma. Dans le rôle principal du film, Juliette Binoche crève l’écran. A la fois féroce et intelligent, le scénario est bien construit et la musique est d’une beauté bouleversante. Le film étant un coup de cœur, j’ai décidé de lire le roman que j’ai trouvé différent. L’autofiction de Camille Laurens aborde principalement le thème du désir féminin. Le roman mêle la réalité au mensonge tout en entremêlant les histoires de manière surprenante. Agée de 48 ans, Claire est une femme divorcée, amoureuse de Jo, son jeune amant. Lorsque Jo met fin à leur relation brutalement, Claire décide de créer un faux profil sur « Facebook » afin de pouvoir le surveiller. Pensant qu’elle n’est plus désirable, Claire poste la photo d’une jeune femme sur le profil en se faisant passer pour « celle que vous croyez ». Grâce à cette fausse identité, Claire dialogue avec le colocataire de Jo dont elle tombe vite amoureuse. Manipulé, Chris (le colocataire) la désire intensément et la pousse à le rencontrer. La manipulation de Claire l’oblige à jongler avec le mensonge et à entretenir le suspense pour notre grand plaisir de lecture. Contrairement au film, le roman nous offre plusieurs points de vue : celui de Claire, celle de son psychiatre, celui d’une écrivaine et, en épilogue, le point de vue du mari de Claire. Le style et le ton du roman sont différents du film et la prose parasite légèrement la lecture. Finalement, cette fiction géniale nous donne matière à réfléchir à propos de la machine à fantasmes que représente « Facebook ». En bonus, Camille Laurens nous offre une réflexion sur le travail d’une écrivaine. Excellent moment de lecture.

Mr Wilder et moi. J. Coe

Mr Wilder et moi par Coe

Jonathan Coe est un écrivain britannique prolifique. J’ai adoré plusieurs de ses livres dont « Expo 58 » qui se déroule à Bruxelles. Dans son dernier roman (21), Jonathan Coe remonte une nouvelle fois le temps. Nous sommes à la fin des années 70, en été, lorsque deux jeunes amies grecques font le tour des Etats-Unis. Du côté de Los Angeles, les deux jeunes femmes finissent par se séparer. L’une d’elles se prénomme Calista. Par un heureux hasard, la jeune touriste se retrouve à la table d’un cinéaste hollywoodien, le célèbre Billy Wilder dont elle ne sait rien. Grâce à cette rencontre, Calista prend ses fonctions d’interprète sur le film « Fedora », tourné en Grèce. D’ailleurs, ce tournage marquera le début de sa carrière dans l’univers du cinéma, aux côtés de Mr Wilder. A travers ce thème, Jonathan Coe rend un vibrant hommage à ce cinéaste américain et donne envie de visionner ses films. Personnage attachant, Calista mène sa petite vie et passionne tout autant la lectrice. En réalité, la première partie du roman captive par les références cinéphiles et les dialogues qui sont magnifiquement bien écrits. Malheureusement, le rythme de la fiction se casse lors du tournage à Berlin, lors de la lecture du scénario. Heureusement, le rythme repart lorsque Calista se retrouve à Paris, vingt-ans plus tard. Le talent de Jonathan Coe reste intact. Son style singulier est toujours empreint d’une bonne dose d’humour, de cynisme et d’une certaine élégance. Bon moment de lecture. 

Une amitié S. Avallone

Une amitié par Avallone

Le dernier roman de Silvia Avallone raconte « une amitié » entre deux adolescentes au début des années deux mille, au moment de l’avènement d’internet et des réseaux sociaux. Elisa, la narratrice, retrouve le journal intime de son adolescence, une période où tout semble possible. Entre les pages de son journal, un polaroïd décoloré s’échappe : l’émouvant portrait d’Elisa et de Béatrice. Emue, Elisa revient sur les traces de cette amitié douloureuse, l’énigme de Béatrice Rossetti. Une petite ville italienne de province sert de décor à leur rencontre ; un lycée face à la mer. Elisa est une jeune fille discrète, toujours attifée comme un as de pique. Complexée, elle grandit dans une famille modeste avec une mère dysfonctionnelle qui quitte brutalement son père. Alors, Elisa grandit aux côtés de ce père dépressif, loin de sa mère. Pour se consoler, Elisa se réfugie dans la littérature, à travers de nombreuses lectures dont « Mensonge et sortilège » d’Elsa Morante. Béatrice est tout le contraire d’Elisa, une jeune fille extravertie, jolie et gâtée. La littérature l’ennuie, Béatrice est du genre futile et frivole. Un vol dans un magasin va sceller le début de leur improbable amitié ; pour le meilleur et pour le pire. Finalement, Béatrice mène souvent la danse, exerce une sorte de manipulation sur Elisa qui la jalouse tout en l’admirant. Au moment où internet émerge en Italie, Béatrice devient une influenceuse très suivie. Mais après cinq ans d’amitié, treize années de brouille vont les séparer. Avec talent, Silvia Avallone explore des thèmes universels comme celui de la fraternité, la famille, la maternité, les premiers émois…C’est le reflet de cette amitié singulière et le style vif de Silvia Avallone qui séduisent la lectrice. Lecture coup de cœur.

Passion simple A. Ernaux

Passion simple par Ernaux

Le Prix Nobel de Littérature vient d’être décerné à Annie Ernaux et c’est déjà la razzia, en librairie, sur l’ensemble de son œuvre. Comme à son habitude, Annie Ernaux partage son expérience personnelle au fil des pages du livre. Dans « Passion simple », elle revient sur les détails de sa relation amoureuse avec un homme marié, venu de l’Est. En prenant du recul, l’auteure se souvient de son état de femme amoureuse en attente permanente ; un état de désir. Bien sûr, chaque femme pourra se retrouver dans de petits détails comme lorsqu’elle évite de passer l’aspirateur pour entendre sonner le téléphone ou ses paris mystiques. Annie Ernaux cherche, ici, à comprendre ce que c’est d’aimer un homme et comment cette passion se traduit au quotidien. Sans lyrisme, l’auteure revient sur sa passion qu’elle définit comme un luxe, une chance. Bon moment de lecture. 

Petite femme montagne. T. M. Mailhot

Amazon.fr: Terese Marie Mailhot: Livres, Biographie, écrits, livres audio, Kindle

Terese Marie Mailhot a participé à de nombreuses conférences lors du dernier « Festival America » de Vincennes. Journaliste canadienne, elle enseigne la création littéraire en Colombie-Britannique. Son premier livre parle de sa souffrance de fille, de femme et de mère autochtone. Terese Marie Mailhot a grandit dans une réserve aux côtés d’une mère alcoolique, instable et violente. Pour ne rien arranger, son père, surnommé le serpent, abusait de sa femme et de ses enfants. A l’adolescence, Terese Marie Mailhot se marie pour « chercher une maison sûre ». Obligée de quitter la réserve, elle tombe follement amoureuse d’un homme qui ne cesse de la rejeter et la plonge dans les affres d’un passé douloureux : « La souffrance surgit plus vite que la lumière. » Le malheur la poursuit lorsqu’elle accouche de son second enfant et se retrouve séparée de son premier fils, en pleine dépression post-natale. Loin des guérisseurs de son enfance, Terese Marie Mailhot est internée dans un centre de santé mentale, à « mi- chemin entre la normalité et la folie » . En rentrant chez elle, elle obtient une bourse d’étude : « un territoire souverain pour écrire toutes les transgressions. » Au fil de la lecture, ce qui passionne la lectrice, c’est la symbolique de son enfance, les croyances de sa mère et le souvenir de sa grand-mère ; sa condition autochtone. Dans un style singulier, l’auteure nous livre ses états d’âme en faisant ressentir le monde à la manière de ses ancêtres, en relation constante avec la nature et les éléments ; le mysticisme de sa culture. Adressé à l’homme qu’elle aime d’un amour impossible, « Petite femme montagne » est un texte poétique bouleversant et puissant. Excellent moment de lecture.

Daddy. E. Cline

Daddy par Cline

« Le Festival America » (Vincennes) est l’occasion de rencontrer nos auteurs américains préférés. Dernièrement, j’y ai rencontré Emma Cline car j’avais dévoré son premier roman « The girls ». La jeune auteure y retrace l’histoire tragique d’un groupe de filles sous la coupe de Charles Manson, le gourou d’une secte de Los Angeles, vers 1960. Au cours du « Festival America », Emma Cline a participé à une conférence qui traitait de la différence entre le format d’une nouvelle par rapport au roman. D’ailleurs, Emma Cline a évoqué « Daddy » son dernier recueil de nouvelles ; un format fréquent aux Etats-Unis. Ne vous fiez pas au rose de la couverture car il ne s’agit pas de rêve américain. Au fil de la lecture, la lectrice se sent frustrée par ces petits récits qui parlent tous d’une Amérique désolante et dont la fin ouverte amplifie la frustration de ne pas connaître la suite. Talentueuse, Emma Cline nous parle de la fragilité des relations entre hommes et femmes, de la famille, d’abus, de sexe et de drogue. Mais pourquoi ce titre « Daddy » ? Bon moment de lecture.

Paris se lève. A. Delpierre

Paris se lève par Delpierre

Coïncidence ou pas, le premier roman d’Armand Delpierre est publié au moment où sort « Novembre », un film axé sur la traque de terroristes au lendemain des attentats de novembre 2015. Pour sa part, la fiction d’Armand Delpierre se déroule du 5 au 11 janvier 2015, une période qui englobe les premiers attentats de « Charlie Hebdo » et de « l’hyper casher »  de Vincennes. Avant ces terribles évènements, le lieutenant Pierre-Louis Madec intègre le commissariat de la Défense et mène l’enquête à propos de deux affaires : une dame âgée sauvagement assassinée et une jeune femme violée sous GHB. Loin du anti-héros, le lieutenant Madec est un flic ordinaire qui aime le venti latte et possède du flair. Heureusement car un criminel se prépare à frapper fort quelque part dans Paris. Bien construit, le thriller repose sur des faits historiques marquants. Tout en maîtrisant son sujet, l’auteur concentre l’action et nous immerge dans le quotidien de policiers, au cœur des forces de police. Le rythme soutenu de la fiction ne manque pas de suspense et procure un long moment de lecture ; une traversée dans un Paris agité. La fin ouverte du roman laisse supposer une suite et, pourquoi pas, une trilogie. Bon moment de lecture. 

P’tite hirondelle D. Zachary

P’tite hirondelle par Zachary

Dominique Zachary est un journaliste belge, auteur de nombreux ouvrages. C’est un fait divers éminemment poétique qui ouvre les pages de son dernier roman : le sauvetage d’hirondelles surprises par une tempête de neige dans les Alpes. En 1913, les moines d’un monastère avaient ouvert portes et fenêtres afin de secourir les oiseaux frigorifiés ; offrir leur hospitalité. Mais une autre belle surprise attend la lectrice. La préface de « P’tite hirondelle » est signée de la main de Yasmina Khadra qui a aimé ce conte. Pour la lectrice, il s’agit aussi d’une fable écologique mettant en lumière l’homme, la nature et les hirondelles. D’ailleurs, l’oiseau sert de fil rouge en survolant les pages du roman. Dominique Zachary nous raconte l’histoire touchante de Mécanette et de sa fille adoptive, Finette. L’orpheline s’appelle en réalité Myao Kaung ce qui signifie « La fille de l’hirondelle ». Dans un pays lointain, la petite fille vivait déjà dans une maison peuplée d’hirondelles. Ensemble, Mécanette et Finette vont défendre la cause des oiseaux afin qu’ils puissent continuer à survoler leur village du sud-ouest de la France. Grâce à sa jolie plume, Dominique Zachary nous parle de loyauté, d’amitié et d’amour. Au fil de la lecture, la lectrice ne se lasse pas de découvrir de magnifiques citations et textes courts dont le ravissant « chant du merle » de Vinciane Despret ; une autre compatriote. Bon moment de lecture.

HHhH. L. Binet

HHhH

Voici un roman singulier, récompensé pour son originalité mais aussi sujet à polémique. Publié en 2010, le premier roman de Laurent Binet fait aujourd’hui partie du programme de terminale. Le titre signifie : « Himmlers Hirn Heibt Heydrich » soit « Le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich. » Mais qui était Heydrich ? SS allemand sanguinaire, Reinhard Heydrich a joué un rôle majeur dans l’organisation de la Shoah. Professeur de français, Laurent Binet souhaitait axer son roman sur l’opération « Anthropoïd », un attentat visant à liquider Heydrich, à Prague en 1942. Pourtant, tout au long de la reconstitution de l’opération de résistance, Laurent Binet avoue avoir été « impressionné » par le personnage d’Heydrich. Finalement, celui qu’Hitler surnommait « L’homme au cœur de fer », prend la place de personnage principal dans le récit. Pour la lectrice, c’est ici que le bât blesse : pourquoi mettre en lumière un personnage aussi ignoble au lieu de se focaliser sur les protagonistes de l’opération « Anthropoïd » ? D’un autre côté, la lectrice salue le travail de recherche de Laurent Binet car les scènes, dialogues ou informations ont été soigneusement vérifiés dans les archives. Au fil de son écriture, l’auteur fait part de ses doutes d’écrivain, apostrophe la lectrice tout en se référant à Shakespeare, Flaubert ou Houellebecq. Grâce à sa rigueur, Laurent Binet parvient à décortiquer la montée du nazisme et son mécanisme, au plus près de la vérité historique. Finalement, ce roman a le mérite de servir de manuel d’histoire. Prix Goncourt du Premier Roman.

Quand tu écouteras cette chanson. L. Lafon

Quand tu écouteras cette chanson par Lafon

Cette collection « Ma nuit au Musée » (Stock) est une belle découverte. J’ai tellement aimé « Le parfum des fleurs la nuit » par Leïla Slimani, dans la même collection, que je garde le livre près de moi. Cette fois, c’est Lola Lafon qui nous parle de son choix : une nuit au Musée Anne Frank, à Amsterdam. L’écrivaine française a évité la question de la judaïté dans ses romans précédents mais elle a souvent donné la parole aux adolescentes comme dans « La petite communiste qui ne souriait jamais », « Mercy, Mary, Patty » ou « Chavirer ». Depuis des décennies, « Le journal d’Anne Frank » est mondialement connu mais qui le connaît vraiment ? Lola Lafon s’offusque de la manipulation du journal avant d’entrer à petits pas dans le musée tant elle a peur de profaner la mémoire de cette jeune auteure, morte dans un camp de concentration. De son côté, la lectrice est impatiente de découvrir le regard que porte Lola Lafon sur l’Annexe où, pendant plus de deux ans, huit personnes ont vécu clandestinement. L’Annexe est désormais un musée vide qui témoigne, avant tout, de l’absence. Tout au long de la nuit qui s’étire, Lola Lafon livre une expérience intellectuelle singulière où il est question de peur, d’exil, d’extermination. La lectrice découvre une auteure à fleur de peau, intelligente et touchante qui se dévoile à travers son histoire personnelle jusqu’à cette chanson qu’elle n’arrive plus à écouter. Excellent moment de lecture.

Où vivaient les gens heureux. J. Maynard

Où vivaient les gens heureux par Maynard

Le dernier roman de Joyce Maynard est un best-seller américain. En débutant la lecture, je dois avouer que la première partie du livre me tombait littéralement des mains tant il était empreint de bons sentiments. Pourtant, Joyce Maynard a été récompensée par quelques prix littéraires en France. Beaucoup de lectrices et de lecteurs se sont retrouvés dans cette histoire familiale américaine : une rencontre amoureuse, l’achat d’une maison, les enfants, la vie professionnelle, l’adultère, le divorce…Tout commence par une enfance malheureuse et une adolescence endeuillée par la mort des parents d’Eleanor. La rencontre avec Cam bouleverse la vie de la jeune femme qui devient mère de famille. Bien sûr, le couple connaît des moments de bonheur, de joie et de colère aux côtés de leurs trois enfants : Toby, Ursula et Alison. Ensemble, ils habitent dans une charmante ferme du New Hampshire. Auteure et illustratrice, Eleanor pourvoit principalement aux besoins de la famille. Tout semble parfait dans le meilleur des mondes, jusqu’au jour où Toby manque de se noyer. Quelques semaines plus tard, Eleanor découvre la liaison de Cam avec Coco, la baby-sitter. Le rêve d’Eleanor s’écroule.  Afin de protéger ses enfants et de ne pas dire du mal de leur père, Eleanor décide de quitter le foyer sans exprimer les raisons de la rupture. Au fil des pages, l’identification à la vie de cette femme est de plus en plus évidente car Joyce Maynard a particulièrement bien construit son récit, les caractères de ses personnages et les montagnes d’émotions. La lectrice se repère dans le temps grâce aux évènements américains comme la conquête spatiale, l’épidémie du sida, la mort de John Lennon puis celle de Mickael Jackson….Finalement, ce roman axé sur l’amour, les enfants et le pardon, se révèle poignant. Bon moment de lecture. Grand Prix de littérature américaine,  Grand Prix de l’héroïne « Madame Figaro », Prix Samantha.

Les envolés. E. Kern

Les envolés par Kern

Etienne Kern rend, ici, hommage à un homme au destin surprenant : Franz Reichelt. Tailleur pour dames à Paris, Franz Reichelt avait un rêve : confectionner un parachute performant aux prémices de l’histoire de l’aviation. Malgré des premiers essais négatifs, l’inventeur loufoque saute du premier étage de la tour Eiffel, un matin de février 1912, pour tenter de valider son prototype. C’est en visionnant les images de cet incroyable saut dans le vide qu’Etienne Kern a décidé d’écrire ce joli roman qui offre une palette d’émotions ; angoisse, peur et espoir. Au fil de son écriture, le passé vient le hanter : la mort d’un grand-père et d’une amie, tombés dans le vide. Ces personnages, Etienne Kern les baptise : « Les envolés ». Ce roman poétique a été très justement récompensé par le Goncourt du premier roman, un envol poétique et passionné. Excellent moment de lecture.

 

Nos mères. A. Wauters

Nos mères par Wauters

J’avais envie de découvrir l’écriture d’Antoine Wauters, l’écrivain compatriote. Lauréat de nombreux Prix littéraires, Antoine Wauters a publié ce petit roman en 2014. Quelque part, sous les bombes du Proche-Orient, Jean vit aux côtés d’une mère pleine de contradictions, à la fois aimante et brutale. Le père de Jean a été tué à la guerre. Sa veuve, embourbée dans un passé rempli de chagrin et de colère, va tenter de protéger son fils en l’enfermant au grenier. Finalement, afin de lui assurer un avenir meilleur, Jean est adopté en Belgique par une nouvelle maman. Mais le monde de cet enfant s’est écroulé et sa nouvelle vie se révèle tout aussi chaotique. Antoine Wauters traite ici de la difficulté des femmes à élever des enfants qu’elles soient dans un pays en guerre ou prisonnière d’une guerre intérieure. Il est aussi question de la souffrance d’un enfant qui tente de vivre malgré l’exil et l’abandon. Le rythme du roman est saccadé par des souvenirs, des citations, des résolutions…Au fil de la lecture, la sensibilité de l’auteur transparaît derrière la poésie des mots. Bon moment de lecture.

Faites votre glucose révolution. J. Inchauspé

Faites votre glucose révolution : Perdez du poids et gagnez de l'énergie par Inchauspé

Spécialiste de la vulgarisation scientifique et biochimiste française, Jessie Inchauspé nous invite à agir sur notre glycémie pour améliorer notre santé et gagner de l’énergie. Son best-seller cartonne déjà et les membres de sa communauté « Glucose Goddess » partagent leurs idées et leurs expériences sur Instagram. L’objectif de cette méthode est d’apprendre à lisser la courbe de notre glycémie sans régime restrictif. En s’appuyant sur 300 études scientifiques, Jessie Inchauspé livre beaucoup d’explications à propos des pics de glycémie et de leurs impacts sur notre santé à l’aide d’une multitude de graphiques. Tous les conseils pour faire notre « glucose révolution » sont bien adaptés et sont facilement réalisables. A la clé, l’auteure nous promet une perte de poids, une diminution des risques de démence et des symptômes liés à la ménopause, une amélioration des désagréments liés au diabète, une régression des épisodes dépressifs et des risques de cancer etc…Facile à lire, ce best-seller nous promet de changer notre vie dans le bon sens. Bon moment de lecture.

La collection disparue P. Baer de Perignon

La collection disparue par Baer de Pérignon

Depuis quelques années, des familles juives spoliées par les nazis, retrouvent heureusement des œuvres d’art. Le sujet passionne la lectrice qui a littéralement dévoré ce récit autobiographique, la quête de Pauline Baer de Perignon, sœur d’Edouard Baer. Il a suffit d’une remarque pour que l’auteure se mette à chercher les traces de la collection disparue de son arrière-grand-père collectionneur parisien et banquier juif : Jules Strauss. De témoin en témoin, de musée en musée, l’auteure fouille les archives, questionne Patrick Modiano, voyage à la recherche d’un tableau ou d’une information concernant Jules Strauss. Au-delà de cette quête matérielle, le besoin de réparer, l’auteure part à la rencontre de ses origines. Au fil des pages, elle tente de comprendre le contexte ; reconstituer le puzzle du passé familial. Bien écrit, le récit se lit facilement au rythme des découvertes et des déconvenues. Pauline Baer de Perignon a, enfin, trouvé l’occasion d’écrire un premier récit passionnant empreint de courage et de sincérité. Bon moment de lecture.

La plage des sept dormants. C. Dussuchaud

La plage des sept dormants par Dussuchaud

Cette première enquête d’Ernest Bahin nous entraîne dans un paysage maritime breton, empreint de légendes et d’histoire. Sur la plage dite des sept dormants, le cadavre d’un homme est retrouvé dans le sable. En compagnie de son acolyte Wilfred, Ernest Bahin découvre rapidement l’identité de l’homme décédé : Blaise Faringhe. Dépressif, Blaise était professeur de français et tenait un journal intime qui se révèlera d’une grande utilité pour l’enquête. Entre les lignes, Ernest Bahin comprend à quel point Blaise était déçu par sa fonction pédagogique et par le non respect de ses convictions écologiques. Blaise s’est-il noyé après avoir dévalé le sentier rouge ? S’est-il suicidé en sautant de la falaise ? Avec talent, Cyrill Dussuchaud construit cette fiction aux accents poétiques et actuels en s’appuyant sur des questions écologiques mais aussi sociales et pédagogiques. Les nombreux personnages qui gravitent autour de Blaise donnent une certaine profondeur au récit. L’écriture, la bande son et les diverses références littéraires lui confèrent une tonalité singulière. Facile à lire, ce thriller garde sa part de mystère jusqu’au bout de l’enquête. Bon moment de lecture.

Maïmaï, l’ombre du chardon. A. Shimazaki

Maïmaï par Shimazaki

Mon père est mort au début du mois de juillet. Pendant mon deuil, il me fallait une lecture apaisée, un dépaysement immédiat. J’ai donc choisi un roman d’Aki Shimazaki, auteure à succès d’origine japonaise. « Maïmaï » fait partie d’un cycle romanesque de trois volumes. C’est sa couverture qui m’a tout de suite intriguée : un escargot sur un fruit de physalis. Tarô est le narrateur de cette fiction qui se déroule au Japon, au début de l’été. Le jeune homme sourd et muet se retrouve brusquement orphelin suite au décès inopiné de sa mère, la propriétaire de la librairie Kitô. Proche de sa grand-mère, Tarô va, au fil de la succession, découvrir quelques surprenants secrets de famille. « Maïmaï » signifie escargot en japonais et représente un symbole dans cette fiction qui nous éclaire un peu plus sur la société traditionnelle japonaise, ses coutumes et ses mœurs. Par son écriture simple, poétique et imagée, l’auteure nous enseigne à quel point chaque chose a un sens dans la vie. Un récit au style fluide et épuré qui assure le dépaysement et apporte une forme de réconfort, une harmonie. Excellent moment de lecture.

Broadway F. Caro

Broadway par Fabcaro

Je vous conseille de lire ce petit roman particulièrement drôle pendant un voyage en train ou en avion. Ecrivain à succès, Fabrice Caro est également auteur de bandes dessinées, ce qui explique son don pour décortiquer en séquences une vie familiale banale. Axel est le narrateur de cette fiction désopilante. Après avoir reçu la fameuse enveloppe bleue de dépistage du cancer colorectal, Axel s’inquiète et devient parano. Père de famille, il a l’art de s’interroger, de remettre en question le comportement de ses enfants ou ses relations de voisinage sans pouvoir réagir de manière appropriée. Un jour, le proviseur du collège de son fils le convoque afin de lui montrer un dessin salace…Chaque lecteur/lectrice se retrouvera dans les réflexions de ce père de famille dépassé par les événements et tellement représentatif de notre société. Un roman tragi-comique à lire pour vaincre l’angoisse.  Lecture coup de cœur.

Le messager. L.P. Hartley

Le messager par Hartley

Ce roman d’apprentissage nous plonge dans le monde aristocratique anglais. Devenu un homme âgé, Léon se souvient de vacances singulières dans le Norfolk, en 1900. Cet été là, le jeune garçon est invité à la campagne par un copain de classe aristocrate. Issu d’un milieu modeste, Léon cherche ses marques tout en apprenant la vie de château ; un univers codé et singulier. Admiratif et amoureux de la sœur de son copain de classe, Léon accepte de rendre service à Marian et devient, malgré lui, son « messager ». En secret, Léon porte des lettres au fermier du coin, Ted Burgess. Au fil de la lecture, la lectrice découvre toute la naïveté et l’incompréhension de ce jeune garçon qui se retrouve coincé dans un triangle amoureux ; spectateur impuissant. D’après la lectrice, le roman comporte parfois quelques longueurs notamment lors des parties de cricket. Finalement, Leslie Poles Hartley mêle habilement suspense et sentiments dans cette fiction surannée et dramatique. Bon moment de lecture.

Le dernier été en ville. G. Calligarich

Le dernier été en ville par Calligarich

Publié pour la première fois en 1973, ce roman italien dévoile l’élégance surannée d’une époque ; les années soixante. Gianfranco Calligarich nous conte une histoire d’amour désenchantée qui se passe le temps d’un été, à Rome. Le narrateur se nomme Léo. Antihéros et journaliste trentenaire, Léo vit au sein de la société romaine avec laquelle il se sent souvent en décalage. Lors d’une soirée mondaine, il rencontre Arianna, une belle femme au parfum de lilas. Tombé sous le charme de cette italienne frivole et décomplexée, Léo entame une histoire en pointillé avec Arianna. A travers cette passion incandescente, son amour pour la mer et pour Rome, le personnage de Léo exprime, au fil des pages, une mélancolie contagieuse, presque palpable. Au cours du récit, le narrateur lit et boit beaucoup, ne quitte pas sa vieille Alfa Roméo et croise des gens de toute sorte, eux aussi cabossés par la vie. Teintée d’humour, l’écriture sensible, sarcastique et poétique de Gianfranco Calligarich finit par toucher au cœur la lectrice. Excellent moment de lecture.

Les enfants de la nuit. E. Ionesco

Les enfants de la nuit par Ionesco

Eva Ionesco nous offre un roman à la fois troublant et romanesque, celui de son adolescence parisienne chaotique, à la fin des années 70. A l’époque, la mère d’Eva est connue dans la capitale pour avoir réalisé des portraits pornographiques de sa fille, ruinant au passage son enfance, son amour et sa confiance. Mais depuis qu’Eva ne fréquente plus l’école, les services sociaux enquêtent, spéculent sur son avenir. En attendant la décision du juge, Eva fugue, découche et s’amuse follement. Icône du Palace, la jolie adolescente évolue avec sa bande d’amis ; oiseaux de nuit au milieu des célébrités. Sur fond culturel et dans un style trash, Eva raconte ses sorties déjantées, sa rage et sa débauche : prostitution, drogue, vol et mensonges. Au fil des chapitres, la lectrice ressent la vulnérabilité d’une enfant propulsée trop tôt dans le monde des adultes et qui frôle parfois la mort au moment de ses premières fois. Atypique, ce roman explore la vie et la sexualité d’une enfant égarée, évanouie dans la nuit parisienne, irrémédiablement blessée. Excellent moment de lecture.

L’affaire Alaska Sanders J. Dicker

L'Affaire Alaska Sanders par Dicker

Présenté comme la suite de « La vérité sur l’affaire Harry Quebert », ce polar déroute, au début de la lecture, tant il fait référence aux thrillers précédents. Mais Joël Dicker est doué pour mener l’intrigue avec ses ingrédients habituels et dans un style qui lui est propre. A partir d’un nouvel élément de l’enquête, l’auteur ouvre un nouveau chapitre puis un autre et finalement le roman accumule plus de 560 pages. La scène d’ouverture est particulièrement réussie car elle tient en haleine et plonge la lectrice dans une longue enquête à rebondissements : Alaska Sanders, une jolie jeune femme, est retrouvée morte au bord d’un lac dans la région du New Hampshire, en avril 1999. A l’époque, un suspect a été rapidement arrêté puis emprisonné. Mais, onze ans plus tard, une lettre anonyme vient relancer l’enquête. Les lecteurs fidèles retrouveront Marcus Goldman, venu prêter main forte aux enquêteurs afin de résoudre cette affaire proche du crime parfait. Bon moment de lecture.

Une famille à Bruxelles C. Akerman

Combien de fois avez-vous acheté un livre parce que le titre vous plaisait ? En ce qui concerne la lectrice, le choix du livre repose sur le fait que sa propre famille vit aussi à Bruxelles. Au-delà du titre et au cours de sa lecture, la lectrice découvre le style de la cinéaste qui déroute par sa singularité. Sa manière d’écrire, au sujet de son quotidien et de son passé à Bruxelles, se révèle touchante, empreinte de sincérité et de justesse. Lu en un seul souffle, le recueil contient des phrases longues où les paroles s’entremêlent étonnamment. Issue d’une famille juive polonaise, Chantal Akerman conte son intimité, ses douleurs, les souvenirs de ses deux filles mais aussi la disparition récente de son mari et de plusieurs membres de sa famille durant la Shoah. Comme une confidence, Chantal Akerman décrit son monde en explorant l’intime dans un style unique. Bon moment de lecture.

La femme gelée. A. Ernaux

La femme gelée par Ernaux

Au moment où Annie Ernaux publie un nouveau roman, j’ai choisi de lire « La femme gelée » qui traite de son expérience de femme mariée et mère de deux enfants, au début des années 80. Hasard ou coïncidence, un documentaire de Michèle Dominici, à propos des mères au foyer, est proposé sur ARTE et fait même l’objet d’un article dans le « Elle » magazine (France) de cette semaine. En ce qui concerne « La femme gelée », la lectrice découvre l’enfance de la narratrice dans un monde rural et pauvre, puis son adolescence, terreau des premiers émois. Sa quête de l’amour aboutira à la rencontre avec son futur mari. Les amoureux s’installent, vivent heureux dans un petit appartement sans confort. C’est l’arrivée d’un premier enfant qui bouleversera l’équilibre du couple. La narratrice finit par ne plus se reconnaître dans cette nouvelle vie de femme d’intérieur. C’est cette vie inégale, une vie où les tâches ménagères contrarient son quotidien pendant que monsieur travaille, qui fait de la narratrice une femme gelée, figée dans ses ambitions par sa condition de femme. Tout au long de la lecture, il est bien sûr question de liberté et d’éducation dans une société française patriarcale. Comme d’habitude, Annie Ernaux ne nous épargne rien, utilise un style direct sans chercher à plaire. Un texte qui parle à la lectrice comme à toutes les femmes. Bon moment de lecture.