Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil. H. Murakami

Au sud de la frontière à l'ouest du soleil - Haruki Murakami

Grâce aux conseils de mon libraire, j’ai choisi ce roman d’amour pour, enfin, découvrir l’écrivain japonais Haruki Murakami. La fiction se déroule à Tokyo vers la fin des années soixante. Hajime est un enfant unique, réputé égoïste et capricieux par les japonais. Ā  douze ans, il fait la connaissance de sa voisine, Shimamoto-san, elle aussi enfant unique. Entre eux, une tendre complicité se forge ; le temps des premiers émois. Comme dans beaucoup d’histoires, la vie va naturellement séparer les deux jeunes complices. Chacun va vivre sa vie d’adulte sans jamais oublier l’autre. De son côté, Hajime rencontre quelques femmes puis se marie. Ā quarante ans, le voici père de deux petites filles, serein dans son couple. Professionnellement, Hajime est l’heureux propriétaire de deux clubs de Jazz. Tout lui sourit. Un jour de pluie, une jolie femme s’installe au bar de son club….les retrouvailles avec Shimamoto-san bouleverse profondément Hajime qui plonge dans la quête d’un inaccessible absolu. Faut-il vivre loin de son premier amour ou chercher à le retrouver ? Excellent moment de lecture.

Un monde à portée de main. M. de Kerangal

Un monde à portée de main par Kerangal

Maylis de Kerangal est une auteure talentueuse qui a remporté des dizaines de prix littéraires. Dans son nouveau roman, elle nous entraîne dans les coulisses de l’art du trompe l’œil. Elle nous présente Paula, Jonas et Kate, trois étudiants formés à l’Institut de peinture, rue du Métal à Bruxelles. Durant le temps de l’apprentissage, ils ont été colocataires ; amis pour la vie. Après les études, chacun a pris sa route du côté de Cinecitta aux grottes de Lascaux en passant par les décors majestueux d’expositions internationales. Grâce à une écriture précise, méticuleuse, Maylis de Kerangal nous plonge dans un univers singulier au vocabulaire parfois trop technique. L’auteure s’emploie à mettre « un monde à portée de main », encore faut-il que ce monde nous intéresse. Personnellement, ce sont les livres qui me racontent des histoires que je préfère. D’ailleurs, j’avais aimé son roman à succès  « Réparer les vivants » car il s’agissait justement d’une fiction palpitante, une vraie histoire, au thème universel. Néanmoins, le grand mérite de ce nouveau roman est de nous interpeller. Comment représenter le monde ? Les peintures continuent-elles d’exister quand il n’y a plus personne pour les regarder ?

La vraie vie. A. Dieudonné

La vraie vie par Dieudonné

Si l’expression « roman coup de poing » ne signifie rien pour vous, la lecture de ce livre pourrait vous éclairer. Adeline Dieudonné est une auteure belge au succès fulgurant comme sa plume. Elle raconte une histoire universelle, un conte, qui tient en haleine jusqu’à la dernière page. La narratrice est une petite fille de dix ans. Elle vit au milieu de la campagne wallonne dans une maison avec quatre chambres: la sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents et celle des animaux empaillés; trophées de chasse du père à la carrure d’équarrisseur, passionné de télé et de whisky. La mère de famille est inexistante, soumise à la brutalité de son mari qui tape sur elle comme sur un « punching ball ». Les deux enfants évoluent, complices et innocents, dans cet univers glauque. Un jour pas comme les autres, un accident ampute brutalement Gilles de son sourire. Confrontée à une réalité qui la dépasse, notre narratrice décide de tout entreprendre pour rendre à son frère sa joie d’enfant… Il y a beaucoup d’amour, de tendresse et d’ironie dans ce roman marqué du sceau de la culture belge. Adeline Dieudonné se révèle audacieuse, entière, et franche; une révélation. Excellent moment de lecture. Prix du Roman Fnac 2018. Prix Filigranes 2018.

La Maison Golden. S. Rushdie

La maison Golden par Rushdie

Ne vous fiez pas à la couverture colorée du treizième roman de Salman Rushdie, ce n’est pas un roman joyeux. Né en Inde, l’auteur érudit des « Versets Sataniques » vient d’adopter la nationalité américaine. La fiction, dont le thème central est celui de l’identité, se déroule à New York. Notre narrateur est un jeune homme belge (!), René Unterlinden, qui souhaite devenir cinéaste. Habitant de Greenwich Village, René fait la connaissance de ses nouveaux voisins indiens : un millionnaire énigmatique prénommé Néron et ses fils Apu, Petya ainsi que Dionysos; la famille Golden. René va peu à peu découvrir pourquoi cette famille a subitement quitté l’Inde et qui est le patriarche. Malheureusement, en se rapprochant de la famille Golden, René va tomber dans le piège tendu par la nouvelle femme de Néron; une femme venimeuse, manipulatrice et vénale. L’intrigue est passionnante mais la lectrice se trouve constamment confrontée à l’actualité, aux pensées de René et à toutes sortes de références cinématographiques, littéraires, historiques et mythologiques. Si vous n’avez pas lu l’équivalent d’une bibliothèque de quartier (et ses dictionnaires), la lecture pourrait s’avérer compliquée. Cependant, ce roman, en lien avec la tragédie grecque, s’intéresse à la question du mal dans un style à la fois drôle, ironique et tragique. Peut-on être quelqu’un de bien et trahir ? Un roman à suspense qui questionne l’Amérique d’aujourd’hui. Bon moment de lecture.

Avec toutes mes sympathies. O. de Lamberterie

Avec toutes mes sympathies par de Lamberterie

Dans ce premier roman, Olivia de Lamberterie rend un hommage poignant à son frère disparu. Expatrié à Montréal, Alex s’est donné la mort à 46 ans, en octobre 2015. La journaliste et critique littéraire, au magazine « Elle », nous dévoile sa douleur tout en essayant de comprendre l’ultime choix de son frère. Au fil des pages, elle ne cesse de le chercher : « Où es-tu, mon frère terrible? » tout en guettant le moindre signe.  Avec compassion, la lectrice découvre l’étendue du chagrin d’Olivia, ses questionnements, ses espoirs, ses peurs, ses souvenirs… Comment un homme qui a tout pour être heureux (d’après notre société) peut-il être malheureux au point d’en finir ? L’auteure refait le chemin à l’envers, nous parle d’elle même et de son amour absolu pour Alex, ce garçon joyeux, confident et complice de leur enfance privilégiée dans les beaux quartiers de Paris. Le désespoir est-il un héritage? Derrière son air de fille sage, Olivia de Lamberterie se rebelle, rend des comptes, écrit des mots à l’encre de son cœur; des mots empreints de colère, de révolte, d’espérance et d’amour.  Bon moment de lecture.

L’amie des jours en feu. E. Rasy

L'amie des jours en feu par Rasy

Elisabetta Rasy nous entraîne en Italie du Nord durant la Première Guerre mondiale. Alors que les troupes de l’armée italienne se confrontent violemment à celles de la coalition Autriche-Allemagne, Maria Rosa et Eugenia se démènent comme infirmières volontaires dans un hôpital militaire proche du front. Au milieu des bombes, du sang, de la puanteur, de l’angoisse et de la mort, les deux jeunes femmes vont vivre une passion amoureuse interdite; étincelle au milieu des ténèbres. Tout au long de la lecture, la voix de Maria Rosa résonne entre les pages du roman. Sous la forme d’une longue correspondance, la jeune femme s’adresse à Eugenia pour lui déclarer son amour, faire revivre leur histoire. Inspirée par les journaux intimes d’infirmières bénévoles de la Grande Guerre, l’auteure a construit son roman comme un hymne à la vie, à l’amour et à la liberté d’aimer. Bon moment de lecture.

Betty, la nuit. M. De Van

Betty, la nuit par Van

Dans ce roman sombre, Marina De Van raconte la descente aux enfers d’une femme brutalement quittée par son mari. Fini l’épouse dévouée, mariée à un notable de province: tout s’effondre autour de Betty. En perte de repères, elle s’installe à Paris où elle ne connaît personne. Comment créer des liens ? Betty part à la rencontre de ses voisins mais sa conduite la précipite rapidement au-devant de graves ennuis. Si le style de l’auteure est convenu, le récit parvient à nous glisser dans un engrenage psychique singulier à la manière de Cate Blanchett dans le film « Blue Jasmine » ou de Betty dans le roman (et film) de Philippe Djian : « 37°,2 le matin ». Bon moment de lecture.

Les enfants de Venise. L. Di Fulvio

Les enfants de Venise par Di Fulvio

Vous aimez vous évader grâce à la lecture? Le roman de Luca Di Fulvio ne vous décevra pas. Cette fiction captivante, riche en émotions et en rebondissements, nous projette en 1515 dans une Italie trouble pleine de misère, de vices, d’inquisiteurs et de courtisanes. L’imagination de l’auteur est tout simplement prodigieuse. Il fait évoluer une panoplie de personnages dans le décor de la mystérieuse Sérénissime au XVIème siècle. Dans cette fresque romanesque, les enfants de Venise sont des petits voleurs de rue qui n’hésitent pas à se déguiser pour détrousser les passants. Ils se nomment Mercurio, Benedetta, Zolfo, Ercole….L’histoire débute à Rome où Mercurio, orphelin filou, commet un crime qui l’oblige à fuir du côté de Venise. Sur son chemin, il croise Isacco et sa fille Giuditta; son destin. Il est ici question de liberté, d’amour et de pureté des sentiments. Un roman fort, puissant et addictif. Le cœur est plus fort que l’esprit. Excellent moment de lecture.

Someone. A. McDermott

Someone par McDermott

J’ai choisi ce roman par hasard; heureux hasard. Alice McDermott nous raconte, ici, la vie ordinaire d’une petite irlandaise de Brooklyn dans les années 30. La lectrice découvre les membres d’une communauté d’immigrés à travers la voix et les yeux bigleux de Marie. De la Grande Dépression à la seconde Guerre Mondiale, la vie de cette femme de classe moyenne se prolonge tout au long du XXème siècle : enfant, épouse puis mère. Si cette fiction offre le portrait d’une femme lumineuse, il faut avouer qu’il est parfois difficile de s’accrocher. La banalité du quotidien, la structure du texte et la chronologie perturbent la lecture. En fait, Alice McDermott souhaite arrêter le temps pour se focaliser sur les bonheurs et malheurs de « quelqu’un » de banal. Loin du roman d’action, il s’agit de découvrir une voix, un style, un langage. Bon moment de lecture.

Fugitive parce que reine. V. Huisman

Fugitive parce que reine par Huisman

Quand votre mère a envahi votre enfance, il reste des traces indélébiles. Dans ce premier roman autobiographique, Violaine Huisman raconte la difficulté à se construire face à une mère diagnostiquée tardivement « bipolaire ». Danseuse au corps splendide, amoureuse, hystérique, manipulatrice, excessive…Catherine, la mère, a vécu une vie de désillusions. La première partie du roman livre le point de vue d’une petite fille de dix ans, Violaine, enchaînée dans un carcan affectif. La lectrice passe du rire aux larmes en découvrant la vie rocambolesque de cette mère fantasque, débordante d’amour pour ses deux filles. Dans les souvenirs de l’auteure, le mur de Berlin chute au moment où sa mère se fait interner de force à Saint Anne. Violaine devient ensuite narratrice de la vie de sa mère pour raconter son parcours chaotique d’un Paris populaire à la haute bourgeoisie où, même habillée en Saint Laurent, elle ne trouvera jamais sa place. La dernière partie du roman se consacre aux adieux bouleversants à la mère. Comment continuer à aimer une mère qui vous en a fait voir de toutes les couleurs ? L’auteure passe au luminol la vie et les souvenirs de ses parents sans prendre de gants. Elle multiplie les points de vue pour dévoiler la femme cachée derrière le personnage de sa mère. Malgré la violence des événements, Violaine Huisman arrive à prendre du recul pour nous offrir un roman puissant qui évoque la complexité de la maternité et l’inconditionnalité de l’amour filial. Véritable ode à la figure maternelle, ce portrait de femme happe la lectrice dès les premières pages. Le titre fait une subtile référence au personnage d’Albertine dans l’oeuvre de Proust. Excellent moment de lecture. Prix du roman « Marie-Claire » 2018.

Les Rêveurs. I. Carré

Couverture "Les Rêveurs", Isabelle Carré (Grasset)

L’actrice française, Isabelle Carré, publie un premier roman sincère et bouleversant à propos de son enfance. Née dans une famille foutraque, d’une mère châtelaine dépressive et d’un père désigner efféminé, Isabelle grandit entourée de deux frères. A Paris, l’appartement familial est traversé par un couloir immense comme ses nuits, ses angoisses, ses peurs… un décor de gadgets colorés, de créations artistiques emblématiques des années 70. La blondinette aux longs cheveux commence à livrer des mots dans ses cahiers, vers l’âge de dix ans. Des centaines de mots pour exprimer ses blessures, ses incertitudes, sa sensibilité, ses amours imaginaires…avant de recopier des répliques d’actrice. Le désordre chronologique du récit est à l’image du désordre de sa vie; bousculée.  Isabelle Carré nous dévoile sa souffrance comme un secret, la source de son inspiration. Au fil des pages, elle s’interroge à propos du chagrin de sa mère et l’homosexualité de son père. Comment un seul geste peut déterminer plusieurs vies? Il y a dans son écriture, une fraîcheur, une luminosité…une espérance qui rend la lecture, de ce roman autobiographique, particulièrement agréable. Grand Prix RTL/Lire 2018. Grand Prix de l’Héroïne, Madame Figaro 2018. Excellent moment de lecture.

L’enfant perdue. E. Ferrante

L'amie prodigieuse, tome 4 : L'enfant perdue par Ferrante

Le dernier livre de la saga d’Elena Ferrante est, à mon humble avis, le meilleur. Nous retrouvons Elena et Lila, à la fin des années 70, dans le sud de l’Italie. Elena, la narratrice, vit sa passion pour Nino. Séparée de Pietro, elle déménage à Naples avec ses deux filles où elle poursuit son travail d’écriture. De son côté, Lila monte une société informatique avec Enzo, son compagnon. La vie réunit, finalement, les deux amies dans le quartier de leur enfance. La lectrice se laisse, à nouveau, embarquer dans cette fiction féminine passionnante avec l’histoire politique italienne en toile de fond. Grâce à son style volcanique, sa justesse et son imagination débordante, Elena Ferrante captive au fil des pages. Les deux napolitaines s’aiment, s’entraident, se déchirent, se détestent…pour, progressivement, instaurer un doute chez la lectrice. Le prisme à travers lequel Elena raconte Lila, tout au long de la saga, dévoile une faiblesse : sa jalousie, sa haine, sa crainte et son manque d’assurance, face à son amie, font douter du réel prodige de cette amitié. Toutefois, je vous conseille d’embarquer cette saga dans vos valises, cet été ! Excellent moment de lecture.

Celle qui fuit et celle qui reste. E. Ferrante

L'amie prodigieuse, III : Celle qui fuit et celle qui reste: Époque intermédiaire

Le troisième volume de la saga italienne « L’amie prodigieuse » n’est pas aussi passionnant que les deux livres précédents car il y est surtout question du contexte politique de l’Italie, au début des années 70, d’attentats terroristes et de lutte prolétarienne. Même si beaucoup de critiques saluent la capacité d’Elena Ferrante à mêler l’histoire d’un pays à l’histoire intime, il faut bien avouer que c’est principalement l’intimité des deux amies qui nous intéresse. Nous retrouvons, donc, Elena à la fin de ses brillantes études à Pise. La jeune femme publie son premier roman, inspiré de ses amours de jeunesse, et se prépare à épouser Pietro, un universitaire. De son côté, Lila, jeune maman séparée de Stefano et de Nino, travaille dans une usine de salaison où elle subit du harcèlement. Enzo décide de la prendre sous son aile avec son fils Gennaro. A trois, ils vivent dans un logement médiocre d’un quartier sale et violent de Naples. Elena et Lila se téléphonent sporadiquement mais elles ne se comprennent plus. Secrètement, Elena souhaite parfois la mort de Lila, incapable de surmonter « le vide de sa dérobade ». Même si le roman passionne moins, il n’est pas question d’ennui car rien n’est figé dans cette fiction, à l’image d’une amitié prodigieuse. Tout au long de la lecture, la lectrice s’interroge sur l’identité de celui ou celle qui se cache derrière le pseudonyme d’Elena Ferrante. L’auteure restitue parfaitement un panel d’émotions typiquement féminines liées à la maternité, à la soif de liberté et d’indépendance ou à la passion amoureuse. Elle écrit sans détour, sans concession et dans un langage cru et familier. La justesse des sentiments et des émotions, le style romanesque et l’incroyable diversité des personnages représentent les forces de ce roman addictif.  Le mystère Ferrante continue de fasciner autant que sa saga. Bon moment de lecture.

Madame Pylinska et le secret de Chopin. E-E. Schmitt

Madame Pylinska et le secret de Chopin par Schmitt

Eric-Emmanuel Schmitt est un des auteurs francophones les plus lus et les plus représentés dans le monde, ce qui peut finir par agacer. En ouvrant ce énième roman, la lectrice s’apprête à déchanter. Âgé de vingt ans, Eric se présente chez Madame Pylinska dans l’espoir de se remettre au piano. Subjugué par un souvenir familial et fasciné par Chopin, le jeune homme débute maladroitement son apprentissage. Madame Pylinska va alors lui donner un enseignement musical original : des leçons particulières de vie et d’amour, à la fois poétiques et sensuelles. Ce roman fait partie du « Cycle de l’Invisible », un ensemble de fables, nouvelles et contes de l’auteur sur le thème des spiritualités. Dans ce nouvel opus, Eric-Emmanuel Schmitt nous parle en mélomane passionné et place la musique au-dessus de tous les arts. Virtuose de la plume, cet artiste complet ajoute une note harmonieuse au quotidien en faisant vibrer notre corde sensible. Excellent moment de lecture. 

Le nouveau nom. E. Ferrante

Le Nouveau Nom

Le deuxième tome de la saga d’Elena Ferrante est vraiment passionnant. Elena, la narratrice, raconte sa jeunesse napolitaine en compagnie de Lila, son amie d’enfance, l’épouse de Stefano. Impulsive et instable, Lila décide d’arrêter l’école et travaille à l’épicerie. Sage et réservée, Elena se consacre à ses études et part vivre à Pise. Secrètement, elle rêve d’une histoire d’amour avec Nino. La lectrice se retrouve propulsée à la fin des années soixante, lors d’un été torride et rétro sur l’île d’Ischia. Sous le soleil, les napolitaines passent des vacances trépidantes, pleines de rebondissements. Ce qui rend cette fiction bouleversante, c’est la justesse avec laquelle l’auteure raconte la vie et les sentiments des deux jeunes femmes. Les événements s’enchaînent pour ne jamais laisser place à l’ennui. Finalement, Elena et Lila cherchent, chacune à sa manière, à échapper au déterminisme social de l’époque. La violence quotidienne s’incruste dans la misère. Les flirts, les interdits, les mensonges et les secrets défilent. L’amitié prodigieuse est, cette fois, mise à rude épreuve pour notre grand plaisir de lecture. Bon moment de lecture.

L’amie prodigieuse. E. Ferrante

Si vous souhaitez vous plonger dans une longue saga, voici le premier des quatre tomes publiés par, la mystérieuse auteure italienne, Elena Ferrante. Cette première partie raconte l’amitié entre deux filles napolitaines, de l’enfance à l’adolescence. Elena et Lila sont issues d’un quartier populaire de Naples. C’est d’ailleurs Elena qui est la narratrice de ce roman d’apprentissage, bouleversant de justesse. Elle y raconte son quotidien au sein de sa famille, à l’école et avec ses amis; le temps des premiers émois. Au début des années cinquante, les deux fillettes sont voisines et amies tout en étant différentes l’une de l’autre. Lila est rebelle, malicieuse, farouche, agressive et sauvage. Elena est réservée, intelligente, peureuse et influençable. La diversité des personnages (Fernando Cerullo, Maria Carracci, Madame Oliviero, les frères Solara…) donne une force supplémentaire à cette fiction qui ressemble à un roman autobiographique. La lectrice est frappée par la violence qui fait partie intégrante de la société italienne à cette époque où règne « La Camorra ». Malheureusement, les deux filles côtoient, chaque jour, cette violence dans les familles, chez les voisins, dans la rue et à l’école.  Elena Ferrante nous livre, ici, deux portraits de femmes émouvants ; deux femmes unies par une amitié prodigieuse. Bon moment de lecture.

Souvenirs de la marée basse. C. Thomas

Souvenirs de la marée basse

Une journée réussie pour Chantal Thomas (à ne pas confondre avec la styliste Chantal Thomass !) est une journée de plage. Dans ce joli roman, l’auteure évoque avec grâce les étés des premières sensations, la magie de l’enfance et des rencontres sur le sable. Il est beaucoup question de filiation, de féminité, d’amitié et de liberté dans cet hommage aux rivages d’Arcachon; paradis perdu. Au présent et à la première personne du singulier, Chantal Thomas fait revivre sa famille française et ravive sa relation d’enfant unique avec des parents immatures. Le père disparaît trop tôt. La mère et la fille partagent le culte de l’eau et de l’océan. Dans un style infiniment poétique, Chantal Thomas compose un roman aux multiples tonalités. La petite fille revient à la source, retrace son sillage, sauve de l’oubli une mémoire. Bon moment de lecture.

Couleurs de l’incendie. P. Lemaitre

Pierre Lemaitre nous offre la suite de son roman « Au revoir là-haut » (Prix Goncourt 2013, Prix Roman France Télévisions 2013…), le deuxième volet d’une trilogie française épatante. Après un succès certain en librairie et l’excellente adaptation au cinéma du premier volet, la lectrice s’empresse de retrouver les personnages de cette fiction géniale. Le roman a le mérite de pouvoir se lire indépendamment mais ce serait vraiment dommage. En effet, Pierre Lemaitre nous entraîne dans une fiction palpitante où il est question de trahison, de vengeance, d’amour et de désillusion. Inspiré par son maître, Alexandre Dumas, l’auteur interpelle ses lecteurs et réserve un défilé de rebondissements ; une vengeance digne du Comte de Monte-Cristo.  Nous retrouvons, donc, Madeleine Péricourt, en février 1927, à l’enterrement de son père. Grande bourgeoise, Madeleine est à la tête de la fortune familiale. Héritière, à une époque où les femmes ont peu de droits, elle élève seule son fils unique, Paul. Malheureusement exposée à la cupidité des hommes, Madeleine est soudainement ruinée et déclassée. Sa vengeance sera sublime, digne des plus grands romans. Grâce au film d’Albert Dupontel, « Au revoir là-haut », le visage de Madeleine s’anime au cours de la lecture sous les traits d’Emilie Dequenne. Paul, personnage éminemment attachant, se révèle sensible et touchant ; Léonce intrigue, Vladi interpelle, Solange étonne…Derrière les mots, la lectrice ressent l’enthousiasme contagieux de Pierre Lemaitre qui, par la maîtrise de son écriture, son ingéniosité et son humour, procure un plaisir de lecture inégalable. Excellent moment de lecture.

Les loyautés. D. De Vigan

Delphine De Vigan est une auteure attachante en phase avec notre société. En ce mois de janvier, elle publie un roman choral, sombre, différent des précédents. Il est question de quatre anti-héros dont Hélène, une enseignante dans un collège parisien. Le comportement d’un élève, Théo, l’interpelle et ranime les tourments de son enfance. Théo cache un secret bien trop lourd pour son jeune âge. Il partage sa souffrance avec Mathis dont la mère, Cécile, se méfie… Sensible et curieuse, Delphine De Vigan parle avec justesse des blessures silencieuses de l’enfance en cherchant à nous interpeller sur les thèmes de la maltraitance, la solitude, le divorce, l’alcoolisme…. Malgré une grande maîtrise de l’écriture, la lectrice regrette cette voix qui racontait si bien « Rien ne s’oppose à la nuit » ou « Une histoire vraie ». La fin ouverte offre une liberté que certains lecteurs ne pourront pas apprécier.

Alma. J. M. G. Le Clézio

Alma

Jean-Marie Gustave Le Clézio, Prix Nobel, nous offre dans ce dernier roman émouvant, un merveilleux hommage à l’île Maurice dont sa famille est originaire. Deux histoires s’y croisent, deux narrateurs, deux voix. Aventurier comme l’écrivain, le premier narrateur s’appelle Jérémie Felsen. En quête de ses origines, il débarque à Maurice sur les traces du fameux dodo, l’oiseau emblématique de l’île. La seconde voix est celle d’un clochard créole et lépreux, Dominique alias Dodo, un homme pour qui le temps se conjugue toujours au présent. Personnage misérable et poétique, Dodo révèle toute la compassion de l’écrivain pour les laissés-pour-compte et les esclaves de l’île. Alma sera le point commun des deux narrateurs, le domaine familial des « Felsen ». Au fil des pages, il est question de vie et de mort mais aussi de mémoire et d’oubli. La lecture, puissante, ressemble à un voyage inoubliable sur l’île à la découverte de son histoire, de sa langue, de sa faune, de sa flore… Comme personne, Le Clézio parle admirablement de la beauté de cette île propice à l’amour mais aussi du ravage des cultures, de l’irrémédiable déboisement, de la disparition du dodo….de mondes disparus. Bon moment de lecture.

 

Mistral perdu ou les événements. I. Monnin

Mistral perdu ou les événements par Monnin

Le nouveau roman d’Isabelle Monnin est un portrait de femme. La narratrice nous raconte son enfance et sa jeunesse, en France, aux côtés de son inséparable petite sœur ; dans un monde où tout change sauf Michel Drucker. Issue d’une famille de gauche, Isabelle Monnin revient sur sa propre histoire, ses joies, ses chagrins et sur ces événements qui ont bouleversé la France. Si vous êtes un(e) enfant des années 1970, le début du livre vous replongera automatiquement dans vos propres souvenirs avec, en bande son, des tubes nostalgiques (Mistral gagnant, Mon enfance, Hello papa tango charlie, Génération désenchantée…) . Entourée de ses fantômes, Isabelle Monnin puise au fond d’elle même des images, des sensations, des odeurs, des souvenirs partagés avec sa sœur qu’elle ne nomme jamais. A la fois générationnel et intime, le récit bouleverse comme une déclaration d’amour. Comment les événements percutent une vie? Dans un style caractéristique de son métier de journaliste, Isabelle Monnin nous dévoile son microcosme dans une France qui ne cesse de l’interpeller. Bon moment de lecture.

La Serpe. P. Jaenada

La serpe par Jaenada

Petit coup de gueule au sujet de ce roman volumineux (640 pages). En reprenant le mystère du triple homicide du château d’Escoire, en octobre 1941, Philippe Jaenada promet de se lancer dans une enquête romanesque. Son idée de départ séduit la lectrice : « écrire un roman policier, un truc sanglant, résoudre une énigme… » d’autant plus que les éloges de la presse, et l’attribution du Prix Fémina, désignent ce roman comme un incontournable. La lecture s’annonce comme une partie de Cluedo passionnante à propos de l’énigmatique assassinat où, l’écrivain et haut fonctionnaire, Georges Girard trouva la mort aux côtés d’Amélie Girard et de Louise, la bonne de la famille. Rapidement, les soupçons se portent sur le fils de Georges, Henri, seul survivant au château et unique héritier. Grâce à ses recherches, l’auteur nous éclaire un peu plus sur la personnalité de ce fils capricieux. Malheureusement, au fil de la lecture, la lectrice déchante. Les digressions permanentes de Philippe Jaenada agacent. Il faut attendre la page 170 pour entrer dans le vif du sujet. L’auteur lui même passe son temps à s’excuser : « C’est trop long ce passage? » L’enquête pourrait réellement être captivante mais l’auteur passe une bonne partie du roman à épiloguer sur l’affaire Pauline Dubuisson, objet d’un précédent roman.  Il n’est pas, ici, question de remettre en question le talent de Philippe Jaenada. Certains diront même que ces digressions sont la marque de fabrique de l’auteur ; son style. Malheureusement, pour la lectrice, « La Serpe » est une longue enquête, trop anecdotique, dépourvue de suspense. Philippe Jaenada termine en indiquant dans ses remerciements : « …à ceux qui referment « La Serpe » ici : merci d’avoir lu jusqu’à la fin. » Dont acte.

Tiens ferme ta couronne. Y. Haenel

Tiens ferme ta couronne par Haenel

Au tout début du roman, un doute s’installe. De quoi s’agit-il exactement ? Jean, le narrateur, vit seul dans un petit appartement de la Porte de Bagnolet, à Paris. Il tente de convaincre des producteurs du génie de son scénario « The Great Melville ». Mais, Jean ne persuade personne lorsqu’il explique qu’il y visite « l’intérieur mystiquement alvéolé de la tête de Melville » ; pas même la lectrice. Alors, Jean se met en tête de présenter son scénario à Michael Cimino, le grand réalisateur. Par chance, il arrive à le rencontrer à New-York. A cet instant, le roman de Yannick Haenel se métamorphose en une comédie féroce ; la lectrice ne le lâche plus. L’auteur nous parle avec justesse de la recherche de notre vérité avec une obsession pour le cinéma. Sur le point d’être expulsé, Jean passe ses journées à regarder, en boucle, le film « Apocalypse Now » en se grisant de vodka. Derrière ce profil de « loser », le narrateur se révèle touchant, intelligent, sentimental. Indéniablement, Yannick Haenel séduit par son humour, sa poésie, son audace. Excellent moment de lecturePrix Médicis 2017.

Souvenirs Dormants. P. Modiano

Patrick Modiano (prix Nobel de littérature, 2014) publie un nouveau roman qui pourrait s’intituler « Le temps des rencontres ». Cependant, si vous n’êtes pas adepte de l’auteur, je vous conseille de lire, d’abord, un roman plus ancien (« Un Pedigree » ou « Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier ») afin de comprendre son écriture. Patrick Modiano poursuit, ici, son travail de topographe en puisant dans ses « souvenirs dormants ». Jean, le narrateur, a quatorze ans lorsqu’il fugue. Il fréquente des individus bizarres et suit la trace de six femmes dans le Paris d’antan. D’ailleurs, tout au long du roman, Jean se remémore des noms, des lieux, des voix, des événements…Les inconditionnels de l’auteur retrouveront, avec plaisir, l’atmosphère singulière de son oeuvre dont l’axe central est la mémoire. Grâce à des fragments de souvenirs, Patrick Modiano compose le puzzle de sa vie en y ajoutant quelques pièces supplémentaires. Excellent moment de lecture.

Bakhita. V. Olmi

Bakhita par Olmi

Véronique Olmi raconte, dans cette biographie romancée, le parcours exceptionnel d’une femme noire qui sera, finalement, déclarée sainte par Jean-Paul II. Enlevée à l’âge de sept ans dans son village du Darfour, Bakhita subit toutes les humiliations et les souffrances d’une esclave : battue, violée, assoiffée, tatouée, marchandée… Finalement, la jeune femme est vendue au Consul d’Italie à Khartoum et sa vie change radicalement. En Italie, Bakhita découvre la foi et la liberté. Particulièrement inspirée par son personnage, Véronique Olmi restitue, avec talent, un destin en nous éclairant sur une époque. Le chemin de croix de la religieuse, son amour pour la vie et ses lointains souvenirs rendent cette lecture émouvante. Excellent moment de lecture. Prix Fnac 2017.

The girls. E. Cline

The Girls par Cline

Paru en poche, ce roman génial sur la fragilité de l’adolescence mérite le détour par une librairie. Mais qui sont « les filles » ? Emma Cline a choisi, en filigrane, les filles de la secte de Charles Manson ; celles qui assassinèrent la comédienne Sharon Tate et quatre de ses amis dans une maison californienne, en 1969. Evie Boyd, la narratrice, se souvient de sa jeunesse et du divorce de ses parents. A la même époque, Evie se dispute avec son amie d’enfance et traîne avec une bande de filles. Captivée par Suzanne, femme fragile sous l’emprise du leader de la communauté, Evie va transgresser certains tabous… Emma Cline captive la lectrice par son style et son habilité à décrire les mécanismes de la séduction et de l’emprise. Une tension règne ; le pressentiment d’une tragédie.  Excellent moment de lecture.

Trois Ex. R. Detambel

Trois ex par Detambel

August Strindberg fait partie des auteurs suédois les plus illustres; l’un des pères du théâtre moderne. A son époque, Strindberg se révèle à travers ses œuvres (La chambre rouge, Mademoiselle Julie…) comme un misogyne, hyper sensible, névrosé mais génial. Régine Detambel s’intéresse, ici, à la vie conjugale de l’écrivain en se glissant dans la peau de ses trois ex-épouses: Siri, Frida et Harriet. Chacune évoque la souffrance du couple et un mariage systématiquement saccagé par la jalousie, la paranoïa et l’alcool. Malgré le talent de Régine Detambel, la lectrice erre dans ce récit qui ballotte entre le « il » et le « je ». Le style, vif et rythmé, amplifie la violence d’un texte empreint de colère et condamne définitivement un auteur controversé.

Mercy, Mary, Patty. L. Lafon

Mercy, Mary, Patty par Lafon

Le dernier roman de Lola Lafon revient sur le kidnapping de Patricia Hearst (Patty), jeune fille issue de l’establishment, enlevée par un groupuscule révolutionnaire américain (SLA), en 1974. Ce groupe gauchiste, constitué de jeunes Américains issus de la « middle class » , avait pour leitmotiv: « écraser l’insecte fasciste qui se nourrit du peuple » . Le groupe tue, braque et affole l’Amérique. Patricia reste introuvable malgré les recherches. Peu à peu, à travers le contenu des messages envoyés à ses parents, il apparaît que Patricia épouse la cause de ses kidnappeurs et participe même à des braquages. Stupéfaite, l’Amérique s’interroge: lavage de cerveau ou rejet de son milieu?  Lola Lafon imagine une femme américaine, professeure d’université, qui se voit chargée de rédiger un rapport pour l’avocat de Patricia. Installée provisoirement dans les Landes, Gene Neveva engage la jeune Violaine afin de travailler sur ce dossier énigmatique. Si le choix narratif déroute au début du roman, le thème passionne la lectrice et le côté rebelle de Lola Lafon transparaît tout au long de son analyse. L’auteure dénonce les idées toutes faites en nous poussant à la réflexion. Elle effleure également deux autres cas de femmes kidnappées et désobéissantes (Mercy et Mary). Reste une certaine frustration devant l’impossibilité d’apporter une réponse définitive à ce processus de radicalisation qui résonne régulièrement dans notre actualité. Bon moment de lecture.

Summer. M. Sabolo

Summer

J’ai choisi le dernier roman de Monica Sabolo pour débuter ma rentrée littéraire 2017. A la fois poétique et métaphorique, cette fiction se présente sous la forme d’un thriller. L’épigraphe, la citation d’Arthur Rimbaud, donne la note et nous entraîne dans les profondeurs du Lac Léman. Dès la première page, Benjamin, le narrateur, raconte ses rêveries lors d’une séance chez un psychanalyste: « Dans mes rêves, la surface luit comme un miroir coupant, ou une dalle de verre. L’eau semble glacée et chaude à la fois. J’ai envie de plonger, d’aller voir; mais les poissons sont noirs, les plantes se déploient comme des tentacules. Des filaments souples, luisants, qui se balancent dans le courant… » Benjamin cherche toujours des réponses à l’absence de sa sœur, Summer, disparue 24 ans plus tôt. Issue d’un milieu bourgeois, tout semblait pourtant sourire à cette jeune beauté de 19 ans. Monica Sabolo nous invite, avant tout, dans un univers; l’atmosphère sombre et aqueuse des bords du Lac Léman. Dans la première partie du roman, la lectrice se retrouve aux côtés de Benjamin, enlisé dans sa quête de vérité, face à l’attente et l’impossibilité d’avancer. Finalement, l’inattendu insuffle une dose de suspense dans ce roman sur l’absence, les mensonges et les non-dits. Bon moment de lecture.

Le bureau des jardins et des étangs. D. Decoin

Le bureau des jardins et des étangs

Voici un roman rare à la fois érotique, poétique et sensuel. Didier Decoin nous propose un étonnant voyage au Japon à l’époque Heian; nos cinq sens en éveil. Katsuro et son épouse, Miyuki, vivent heureux de la pêche dans une maison modeste du village de Shimae. Réputé comme étant le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, Katsuro s’aventure un peu plus loin dans le lit de la rivière où il trouve la mort.  Après avoir veillé le corps de son homme, Miyuki décide d’honorer la prochaine commande du « bureau des jardins et des étangs » et d’entreprendre, seule, le voyage jusqu’à la ville impériale d’Heiankyo. L’expédition se transforme en véritable périple pour la jeune veuve, habitée par le souvenir de son mari. Chaussée de sandales de paille, la courageuse jeune femme marche courbée sous le poids de sa palanche; exposée aux dangers et croyances de son époque. En chemin, Miyuki va croiser toute la beauté et la laideur du monde. Arrivée au Palais de l’Empereur, Miyuki est introduite, malgré elle, dans un concours de parfums…Didier Decoin nous parle magnifiquement du couple et de l’amour qui dure après la mort dans cette fiction finement ciselée. Par sa puissance poétique, ce roman semble avoir été construit dans l’esprit d’un haïku japonais. Excellent moment de lecture. Prix des Lecteurs de L’Express/BFMTV.