Les oiseaux de passage. B. des Mazery

Couverture

La place de l’enfant dans la famille a considérablement évoluée depuis le dix neuvième siècle. Bénédicte des Mazery propose un roman historique qui nous plonge dans un univers méconnu: la prison pour jeunes garçons de « la petite Roquette », à Paris. En 1838, Jacques a onze ans lorsqu’il est incarcéré à la demande de son père afin de le corriger. Vagabonds, voleurs, orphelins ou enfants placés, des centaines de garçons sont détenus dans des cellules austères; isolés dans des cages comme celles qui emprisonnent les oiseaux de passage. Terrifié par cet univers sombre, Jacques vit dans l’espoir de retrouver sa maman et rencontre d’autres petits compagnons d’infortune: Narcisse, Octave, Séraphin le rêveur et Charles le doux poète inspiré par Victor Hugo. Comme des moineaux affamés, ces enfants survivent dans des conditions pitoyables au milieu de surveillants cruels. Seul l’abbé Crozes apparaît comme un humaniste dans ce monde violent. Grâce à un travail de recherche impressionnant, Bénédicte des Mazery nous plonge, avec réalisme, dans le quotidien bouleversant de ces jeunes gamins portés par l’espoir de retrouver la liberté. Bon moment de lecture.

Autobiographie de ma mère. J. Kincaid

Autobiographie de ma mère

Jamaica Kincaid est une auteure américano-antiguaise qui a vécu sous l’influence du système colonial britannique. La première édition de ce roman date de 1996. Nous découvrons Xuela, la narratrice, fille d’un père métis et d’une mère caraïbe. Au soir de sa vie, Xuela revient, sans tabou, sur son passé de femme. « Ma mère est morte à l’instant où je suis née. » A partir de cet élément central, Xuela gardera un amour absolu pour cette mère, issue d’un peuple opprimé: « Ce récit est le récit de la personne qui ne fut jamais autorisée à être et celui de la personne que je ne suis pas autorisée à devenir. » Privée de sa mère, Xuela est placée dans une autre famille. Elle cultivera, pour son père, de la rancœur mais aussi une haine tenace; ce géniteur représente aux yeux de Xuela un enfant de colonisateur: « La peau de mon père avait la couleur de la corruption ». Jamaica Kincaid dresse, ici, le portrait d’une femme au destin désespéré qui, sans cesse, s’interroge: « Qu’est-ce qui fait tourner le monde? »  Il est notamment question d’amour, de sexualité, d’identité, de transmission et de soumission dans ce roman empreint de colère et de fureur. Bon moment de lecture.

Le sommeil le plus doux. A. Goscinny

Le sommeil le plus doux

Une femme atteinte d’un cancer emmène sa fille, Jeanne, en voyage à Nice. Mais au lieu de profiter de la ville, la mère décline et passe son temps à l’hôtel. En se promenant, Jeanne rencontre un homme qui porte le prénom d’un ange: Gabriel. La voix de Gabriel vient s’insérer dans les pages de ce roman émouvant où les thèmes abordés sont ceux de la vie, de la mort, de la maladie mais aussi du mariage, de la transmission et de la mémoire. Dans un style sobre, Anne Goscinny navigue entre le passé et le présent pour évoquer la douleur de Jeanne; son « chagrin-fantôme ». Pourtant, il n’y a pas que de la tristesse dans cette fiction; il est heureusement question de la renaissance d’une femme portée par l’amour. Bon moment de lecture.

Le bonheur des Belges. P. Roegiers

Le Bonheur des belges

Voici un livre singulier, l’écho joyeux du roman d’Hugo Claus « Le chagrin des Belges » (1985). Dès la première page, la lectrice suit un enfant sur les lieux mythiques de l’histoire de la Belgique (Waterloo, l’Expo Universelle de 58, le Tour des Flandres…) à la rencontre de personnages Belges célèbres comme Breughel, Tintin, Simenon, Brel, Yolande Moreau etc…Nostalgique, Patrick Roegiers nous parle de son plat pays de manière déjantée, dans un style euphorique, en s’amusant à mélanger le fictif au réel. Les Belges seront conquis par cette lecture, les autres lecteurs pourront se référer à l’index pour comprendre toutes les références. Finalement, ce drôle de livre est un tour buissonnier de la question belge. Bon moment de lecture.

Des chauves-souris, des singes et des hommes. P. Constant

Couverture

L’OMS vient de publier un rapport selon lequel une personne décède chaque minute dans le monde à cause d’une maladie infectieuse. Paule Constant est bien placée pour nous parler des grandes épidémies: son père était médecin militaire et son mari est un infectiologue réputé. A travers cette fiction, l’auteure tente d’identifier la chaîne d’une mystérieuse épidémie mortelle en partant du premier malade: un gamin de deux ans nommé Emile. Tout se passe en Afrique, au Congo, dans la tribu des Boutouls entourée du désordre des herbes bambous et des plants de manioc. La sœur d’Emile, Olympe, joue avec un bébé chauve-souris sous un manguier alors que les garçons de la tribu partent à la recherche de gibier dans la Montagne des nuages. Quelques jours plus tard, l’ensemble de la tribu partage un festin: de la viande de brousse rapportée victorieusement par les garçons. Dans cette région, des sœurs et bénévoles de « Médecins Sans Frontières » s’activent pour soigner les populations en menant des campagnes de vaccination. Le personnage d’Agrippine est docteur en médecine et voyage pour des ONG, au gré des guerres et des épidémies, loin d’un système auquel elle n’adhère pas. Aux côtés de Virgile, un ethnologue, Agrippine va confronter ses thèses à propos des maladies endémiques. Malheureusement, l’ignorance et le manque de moyens favorisent le développement des épidémies et la bonne volonté ne suffit pas. La superstition est un autre grand thème du roman: Olympe sera destinée à porter la malédiction de la tribu. La nature se venge t-elle des hommes? Paule Constant, membre de l’Académie Goncourt, dépeint talentueusement la beauté de l’Afrique, ses croyances et ses traditions. C’est avec plaisir que nous partons dans cette aventure pourtant dénuée de mystère car Paule Constant a déjà dévoilé, dans quelques interviews, le nom de l’épidémie dont elle décrit les mécanismes: Ebola. Bon moment de lecture.

Je vous écris dans le noir. J-L Seigle

noir

François Busnel a écrit à propos de ce roman: « Le résultat est une claque monumentale: la beauté et la violence mêlées en un lien inextricable. » C’est exactement ce que la lectrice ressent au moment de refermer le livre de Jean-Luc Seigle. Inspiré par la véritable histoire de Pauline Dubuisson, l’auteur livre un roman bouleversant où il se glisse, singulièrement, dans le corps de la jeune meurtrière. En 1961, Clouzot porte à l’écran son film « La vérité » dont l’actrice principale est Brigitte Bardot. Elle interprète le personnage de Pauline Dubuisson, condamnée à la Libération qui, plus tard, a assassiné son fiancé Félix. Après avoir vu le film, Pauline Dubuisson fuit la France pour s’installer au Maroc sous un faux nom. Un homme lui fait une demande en mariage. Dix ans après le meurtre, Pauline se prépare à tout lui avouer par amour. Les faits condamnent cette femme et pourtant…Sans juger, avec lucidité et empathie, l’auteur incarne la féminité avec talent. Le destin tragique d’une femme trahie par les hommes. Bon moment de lecture. Prix Exbrayat 2015.

Le Bouc Emissaire. D. Du Maurier

Le bouc émissaire par Du Maurier

Séduite par le roman « Rebecca » (1938) , j’avais envie de découvrir d’autres fictions de l’écrivaine britannique Daphné Du Maurier. J’ai commencé par la lecture du roman « La maison sur le rivage » (1969) mais il m’est tombé des mains. Impossible de me projeter dans cette histoire de retour vers le passé grâce à l’absorption d’une potion magique. Alors, j’ai commencé la lecture d’un autre roman: « le Bouc Émissaire » (1957) et, dès le début, je me suis demandée si cette histoire de sosie était vraiment crédible? C’est bien là que réside le talent de Daphné du Maurier car elle nous tient en haleine tout au long de ce roman à suspense. En résumé, un homme de passage au Mans rencontre, par hasard, son double parfait. Ils font connaissance et comparent leurs problèmes: John est un anglais solitaire et déprimé, en vacances en France, alors que Jean est un aristocrate malheureux. Jean saoule John au cours de la nuit et, voici qu’au petit matin, John se réveille dans la peau de Jean de Gué. Le narrateur (John) nous raconte l’histoire de cette imposture et son quotidien dans le château familial où vivent de nombreux personnages secondaires. Étrangement, les membres de sa famille ne s’aperçoivent pas de cette tromperie qui dure sept jours, à l’exception du chien de Jean (comme, jadis, Argos, le chien d’Ulysse). Daphné du Maurier a particulièrement soigné son univers; la vie du château est détaillée et réaliste. La lectrice découvre également, avec plaisir, une région rurale d’après-guerre, en France.  Comme dans « Rebecca » , l’auteure excelle dans sa façon de nous dépeindre un milieu malsain composé de personnages complexes. Daphné du Maurier nous fait ressentir, à nouveau, son amour des belles maisons; le château familial est présenté comme un personnage à part entière. Excellent moment de lecture.

Une allure folle. I. Spaak

Une allure folle - Isabelle Spaak

Isabelle Spaak est une romancière belge, fille et petite fille de diplomates émérites. Vu de loin, tout semble parfait dans ce milieu privilégié. Et pourtant, Isabelle Spaak est hantée par la mort tragique de ses parents: sa mère a tué son père avant de se suicider. Pour mieux comprendre les failles de sa mère, Annie, la romancière revient sur son parcours mais également sur celui de Mathilde, la grand-mère libre et rebelle. Isabelle Spaak retourne sur les lieux de son enfance à Bruxelles et en Ardennes, relit le courrier, analyse les photos…au fil des pages, Isabelle Spaak nous livre une part de sa vérité au-delà des mensonges et faux semblants. Bon moment de lecture.

Au Bonheur des Dames. Zola

Un grand classique à lire ou à relire. Zola traite, dans ce roman sentimental, de la naissance des grands magasins parisiens à la fin du 19ème siècle. Il fait également état des différences sociales de l’époque en prenant pour héroïne Denise Baudu, une orpheline. Afin de pouvoir survivre avec ses frères, la jeune femme se fait engager « Au Bonheur des Dames » , une cathédrale de tentations située à deux pas de l’Opéra Garnier. Embauchée au bas de l’échelle, Denise va gravir les échelons au sein de l’entreprise et dans le cœur de son patron, Octave Mouret. Zola excelle, ici, dans sa façon de nous dépeindre la disparition des petites boutiques du vieux Paris sous la pression d’un nouveau monde de commerce puissant. Inspiré par Aristide Boucicaut, fondateur du « Bon Marché » , Zola a visiblement réalisé un travail de recherche impressionnant car il fait vivre ce lieu, et toutes ses marchandises, avec un réalisme étonnant. Il met également en scène des membres du personnel, derrière leurs comptoirs, et certains comportements malfaisants envers Denise. Heureusement, il est question d’amour et d’amitié, dans ce roman dense, mais également du désir des femmes. Zola a choisi de présenter les clientes du magasin comme des femmes incapables de résister face aux merveilleuses marchandises du « Bonheur des Dames » . Un brin désuet, ce roman nous plonge, avec plaisir, dans la capitale de la mode et du luxe sous le Second Empire. Excellent moment de lecture.

L’aviatrice. P. McLain

L'aviatrice de Paula Mclain

Voici un roman captivant qui nous emporte au Kenya, au début du XXème siècle, dans une ambiance digne du film « Out of Africa » et du roman de Karen Blixen: « La ferme africaine » . Au Kenya, Beryl Markham grandit, comme une sauvageonne, sous le regard de son père et certains membres de la tribu Kipsigi. La jeune Beryl apprend à dresser des chevaux de course sur la propriété familiale. Dès sa première rencontre avec Denis Finch Hatton, elle tombe éperdument amoureuse mais celui-ci est déjà engagé dans une relation avec la romancière Karen Blixen. De mariages ratés en liaisons adultères, Beryl va accomplir son destin de femme libre entre l’Afrique et l’Angleterre. Elle sera la première aviatrice à effectuer un vol transatlantique, en solitaire, à bord de son Vega Gull bleu baptisé « Messenger » . Paula McLain s’inspire de personnages et faits réels pour nous embarquer dans cette fiction romantique très réussie. La plume poétique de l’auteure rend un hommage vibrant à la beauté sauvage de la nature africaine au temps de la colonisation britannique. Excellent moment de lecture.

 

Va et poste une sentinelle. H. Lee

Détails sur le produit

Cela faisait cinquante ans que les lecteurs attendaient la publication du second roman d’Harper Lee. Après le roman fétiche: « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » , nous retrouvons, avec plaisir, des personnages familiers. Jean Louise Finch (la petite Scout du premier roman) rend visite à son père Atticus dans sa ville natale de l’Alabama au milieu des années cinquante. Vingt ans ont passé et la nation se déchire toujours pour des questions raciales. Ce roman a, bien évidemment, battu des records de ventes proportionnellement à l’attente des lecteurs mais, pour la lectrice que je suis, ce n’est pas un grand livre. L’inégalité raciale aux Etats-Unis est le thème principal de cette fiction désenchantée . Il n’y a plus la moindre trace de magie; aucune tendresse ni poésie de l’enfance. Le ton du roman est particulièrement moralisateur, féroce et révolté. 

Ce cœur changeant. A. Desarthe

Agnès Desarthe publie un roman d’apprentissage avec, en toile de fond, une époque: l’affaire Dreyfus, la guerre 14 et les années folles. L’auteure nous raconte l’aventure de Rose dans une fiction hyper romanesque, féminine et féministe. Née au Danemark d’une mère aristocrate et d’un père officier français, Rose se retrouve projetée dans un univers inconnu lorsqu’elle débarque à Paris en 1909. Elle tombe rapidement dans la misère et vivote de petits métiers. La jeune femme porte un regard insolent sur la société française et sur la place des femmes à son époque. A travers des rencontres et divers rebondissements, Rose sera, tour à tour, une fille, une femme amoureuse et une mère célibataire; un cœur changeant. Agnès Desarthe écrit dans un style à la fois poétique et sensuel mais son trait est souvent forcé. Prix « Le Monde » 2015.

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur. H. Lee

Résultat de recherche d'images pour "ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"

Pour pouvoir découvrir, plus tard, le nouveau roman d’Harper Lee  « Va et poste une sentinelle » , il faut impérativement (re)lire « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » , Prix Pullitzer 1961. Plus de cinquante ans séparent ces deux romans de littérature américaine. Vendu à près de quarante millions d’exemplaires, ce roman initiatique est devenu culte. Nous découvrons Scout, une jeune fille blanche de neuf ans, qui raconte son enfance dans la ville de Maycomb, en Alabama dans les années 30, au moment de la Grande Dépression. Harper Lee nous parle d’enfance avec humour et tendresse mais dresse également le portrait d’une société américaine raciste du sud des Etats-Unis. Le père de Scout, Atticus Finch, est un avocat intègre, commis d’office pour défendre un homme noir lors de son procès. Ce dernier est accusé d’avoir violé une femme blanche. A travers le regard de Scout, nous découvrons le fonctionnement d’une société et la lutte des afro-américains pour les droits civiques. Un thème éminement actuel. Ce très bon roman est construit autour de la métaphore de l’oiseau moqueur, un oiseau symbolique dans la littérature américaine.

3ème Prix de la plus belle chronique « Elle » et Pocket pour « Tout cela n’a rien à voir avec moi » de Monica Sabolo

Et toi, dis-moi que tu m’aimes… tel le Titanic, Monica s’engage dans les eaux troubles d’une relation sentimentale condamnée au naufrage. Amoureuse solitaire, elle interroge son passé et ausculte le présent pour trouver des réponses à sa souffrance. Amoureuse imaginaire, le chagrin d’amour la dévore jusqu’à la pneumopathie, une sorte de nénuphar dans le poumon droit. Monica publie les fragments d’un discours amoureux et expose les débris de son cœur. Ni le briquet tenu en otage, ni les pulls portés comme des grigris n’y pourront rien changer pas même les objets de réconfort et la bibliothèque de consolation : un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Dis-moi que tu m’aimes, tous les jours sont les mêmes, j’ai besoin de romance… C’est vrai qu’il est des blessures que le temps seul peut guérir. En remontant jusqu’aux racines de ce mal universel, Monica cherche à apprivoiser le mystère du désastre amoureux. Et bien sûr, tout cela n’a rien à voir avec moi…Rendez-vous sur pocket.fr pour voir les prix!

L’Empire en Héritage. S. Hayat

L'empire en héritage

Le personnage principal de ce roman historique est le fils de Napoléon 1er et Marie-Louise d’Autriche: Napoléon II, François, prince héritier. En 1832, celui que l’on surnomma         « l‘Aiglon  » , meurt à l’âge de 21 ans en déclarant: « Entre mon berceau et ma tombe, il y a un grand zéro. » C’est, donc, avec une certaine émotion que la lectrice découvre ce personnage historique malheureux et mal connu du grand public. Enfant, François a été envoyé à Vienne, loin de son père, où il mène la vie morose d’un prince de sang. Sous la plume vive de Serge Hayat, François grandit, apprend, aime, voyage, s’affranchit et donne un sens à son existence. Grâce au style scénaristique, et à l’abondance de détails qui témoignent d’un important travail de documentation, la lectrice se retrouve immergée dans ce voyage imaginaire de Vienne à Saint Hélène en passant par Paris. Pour notre grand plaisir, cette fiction réserve des rebondissements en grand nombre mais aussi des trahisons, des rencontres, des drames et d’heureuses surprises… Finalement, ce roman d’aventures nous emmène loin sans jamais lasser. Si, quelque part, l’auteur entretient la légende Napoléonienne, il nous éclaire aussi sur la personnalité de l’empereur déchu. Par- dessus tout, Serge Hayat rend un bel hommage à François, ce prince héritier attachant, en lui offrant un destin. Bon moment de lecture.

 

 

D’après une histoire vraie. D. de Vigan

D'après une histoire vraie

Après l’immense succès de « Rien ne s’oppose à la nuit » , Delphine de Vigan n’a rien publié depuis quatre ans. Alors, « D’après une histoire vraie » , est un roman très attendu. En multipliant les effets du réel, la lectrice se retrouve rapidement en position de confidente à l’écoute d’une histoire vraie, singulière. Le personnage principal s’appelle Delphine, romancière française à succès; en plein doute, elle n’arrive plus à produire une seule ligne. Cette mère de deux enfants est en couple avec François (Busnel) un journaliste et animateur d’émission littéraire . Jusqu’ici, la lectrice est persuadée d’être témoin d’une histoire réelle. Ensuite, Delphine tombe dans les griffes d’une certaine L., manipulatrice par excellence. Par ailleurs, elle reçoit des courriers anonymes lui reprochant d’avoir livré en pâture sa famille dans « Rien ne s’oppose à la nuit » . Histoire vraie ou pas? En attendant, ce roman tient la lectrice en haleine. Il y a quelque chose d’intrigant, d’angoissant, dans cette fiction proche du thriller psychologique « Misery » de Stephen King. Souvenez-vous de cette histoire de lectrice américaine qui torture un romancier célèbre pour qu’il ressuscite un personnage. A la première personne du singulier , Delphine de Vigan donne, au compte-gouttes, des indices qui permettent de retracer les mécanismes de cette emprise (séduction, dépression et trahison) mais elle décrit également le processus de création. Dans notre époque de télé-réalité, toutes les interrogations de Delphine qui concernent le travail d’écrivain et le statut de la vérité dans la littérature, interpellent la lectrice. Finalement, Delphine de Vigan brouille les cartes mais s’interroge judicieusement, ce qui donne une certaine profondeur à ce roman très maîtrisé. FIN* Prix Renaudot 2015. Excellent moment de lecture.

La comtesse des digues. M. Gevers

La comtesse des digues | Espace Nord

Ce roman ne fait pas partie de la rentrée littéraire 2015 puisqu’il a été publié en 1931. Marie Gevers est une auteure belge dont le style romanesque est comparable à celui de Daphné du Maurier. « La comtesse des digues » est un roman d’un autre temps, à la fois réaliste et naïf, mais il est, avant tout, un hymne à l’amour, à l’Escaut et à la nature. Comme dans un tableau illustrant la vie des fermiers à la fin du XIXème siècle, Marie Gevers nous plonge, avec talent, dans une époque révolue: celle d’anciens métiers, de vieux estaminets et des rives boueuses de l’Escaut. L’auteure avait la particularité de s’exprimer parfaitement en français tout en vivant en Flandre. Son personnage principal, Suzanne, est, ici, une jeune bourgeoise flamande qui s’exprime en français.  Le père de Suzanne meurt alors qu’il était « comte des digues » (Dyckgraef) dans la région du Weert, au bord de l’Escaut. Suzanne rêve alors de reprendre sa place pour gérer les rives du Fleuve. Passionnée par la terre, les éléments, les paysages mais surtout par l’eau, la jeune femme passe ses journées à gérer les digues, les foins et les oseraies. Tiraillée entre deux hommes, elle hésite à se marier. D’un côté le beau Triphon l’attire par sa robustesse et son animalité car il révèle la violence de son désir de femme tout en étant l’incarnation du fleuve. Mais il y a un obstacle: le géant fauve n’appartient pas à sa catégorie sociale. D’un autre côté, Max Larix n’est pas un bel homme mais il est propriétaire, fils de vannier, et partage beaucoup d’intérêts avec Suzanne dont l’amour de la nature. Le cycle des saisons rythme harmonieusement cette fiction poétique particulièrement lumineuse. La lectrice se délecte des magnifiques descriptions de paysages, d’un mode de vie et d’un folklore aujourd’hui disparus. Enfin, quelques mots flamands, aux intonations familières, viennent raviver des souvenirs d’enfance liés à ce plat pays… qui est le mien. Excellent moment de lecture.

Les gens dans l’enveloppe. I. Monnin

Les gens dans l'enveloppe (livre + CD)

Quel projet enthousiasmant! Juin 2012: Isabelle Monnin achète par hasard (même si il n’y a pas de hasard) un lot de photos d’une famille française inconnue. Le portrait d’une petite fille surplombe le tas de polaroids et photographies mal cadrées. Mais qui sont ces gens? Pourquoi n’y a t-il jamais de mère sur ces photos? Isabelle Monnin décide, alors, d’écrire un roman imaginaire à partir d’indices photographiques et se promet de faire, ensuite, son enquête pour retrouver les membres de cette famille. La fiction, composée dans un style aux accents argotiques, nous emmène jusqu’en Argentine. Sous la plume de l’auteure, chaque personnage trouve sa place: Laurence, Serge, Michelle, Mamie Poulet, Raymond…A l’évidence, Isabelle Monnin cherche ses propres racines. Originaire de la même région, du même milieu social et née dans les années 70, comme la petite fille sur la photo, l’auteure réalise un projet généalogique qui lui tient, singulièrement, à coeur. Grâce au clocher de l’église, la famille est vite retrouvée du côté de Clerval dans le Doubs. Mais est il possible de connaître la vérité de chaque membre de cette famille? Les thèmes de la mémoire, du manque, de la souffrance, de l’abandon, de l’enfance et du temps qui passe résonnent dans cette recherche émouvante. Pour la lectrice, le projet artistique est harmonieux. Il passionne et captive même si, en définitive, les résultats de l’enquête déçoivent: une famille ordinaire à l’histoire incroyablement banale. Mais finalement, c’est ce constat qui est intéressant: prendre des gens au hasard et trouver en eux une universalité. Cerise sur le gâteau: le livre s’accompagne d’un CD de chansons écrites par Alex Beaupain et chantées par des membres de la famille anonyme. D’autres titres sont interprétés, avec talent, par Camelia Jordana, Clotilde Hesme et Françoise Fabian. Pour notre grand plaisir, Isabelle Monnin et Alex Beaupain proposent un projet artistique original qui entremêle fiction et réalité. « Ecoutez; ma vie, c’est la vôtre. » George Sand.

Ostende 1936. V. Weidermann

Téléchargez le livre numérique:  Ostende 1936

Ostende m’évoque tellement de souvenirs qu’il m’était impossible de passer à côté de ce roman: la plage, les cabines de bain en bois, la digue, les brise-lames, les pêcheurs de crevettes à cheval et leurs cirés jaunes, les thermes, le casino etc…Ma grand-mère me racontait souvent les escapades de son père en compagnie de James Ensor et Léopold III à Ostende. Dans ce roman, Volker Weidermann nous évoque également James Ensor et la boutique de souvenirs de sa famille à quelques rues de la mer du Nord. Au milieu des années trente, beaucoup de personnages illustres, notamment des artistes, séjournaient à Ostende dite « la reine des plages » : Emile Verhaeren, Hermann Kesten, Arthur Koestler, Irmgard Keun, Romain Rolland etc… Deux amis, écrivains juifs autrichiens en exil, vont se retrouver sur la côte belge dans la chaleur de l’été 1936: Stefan Zweig et Joseph Roth. Dans cet univers de villégiature, la relation d’amitié, qui lie ces deux hommes, passionne la lectrice. Avec intérêt, nous suivons leurs conversations, leur correspondance et leurs considérations à propos de l’écriture, de la boisson ou de l’amour. Chacun donne sa vision du monde et évoque ses craintes dans ce terrible climat d’avant-guerre. Mais en voulant publier un « roman vrai  » , Volker Weidermann s’attache parfois à des détails anodins qui viennent parasiter la lecture. L’intérêt du roman est de retrouver l’atmosphère intellectuelle des années trente et de deviner la splendeur d’Ostende, avant les bombardements de la seconde guerre mondiale.

Mirage. D. Kennedy

Résultat de recherche d'images pour "mirage douglas kennedy"

Douglas Kennedy a, bel et bien, retrouvé son inspiration. « Mirage » ne ressemble pas à ses meilleurs romans: « L’homme qui voulait vivre sa vie » ou « La femme du Vème » ; « Mirage » est assurément différent. Douglas Kennedy se focalise, ici, sur la psychologie de ses personnages tout en analysant le couple: Robyn est une femme américaine très rationnelle qui a épousé Paul, un artiste instable et plus âgé. L’envie d’un enfant se fait ressentir; le couple part en vacances au Maroc dans l’espoir de concevoir le fruit de leur amour. Un jour, Robyn découvre un secret tandis que Paul disparaît mystérieusement… Dans la chaleur harassante d’un été marocain, l’aventure cauchemardesque de Robyn va alors commencer. Le décor a son importance: le Sahara apparaît comme une image mythique derrière laquelle se cache l’idée qu’on ne regarde que ce que nous avons envie de voir. Véritable polar où le suspense est permanent, Douglas Kennedy s’amuse à confronter le monde occidental au monde oriental tout en dressant le portrait de la société marocaine. La question du père s’impose dans cette fiction rythmée tout comme celle du sexe et du poids de l’échec dans la société américaine. La lectrice retrouve un dénominateur commun aux romans de Douglas Kennedy: son obsession de la fatalité. Et si l’amour était un mirage? Bon moment de lecture.

L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes. K. Lambert

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Comment choisit-on un livre? Dans le cas de ce roman, c’est son curieux titre qui m’a interpellé. Ensuite, Karine Lambert a reçu le Prix Saga Café du Meilleur Premier Roman Belge (2014). Dans ces conditions, j’ai décidé de glisser ce roman dans mon sac de plage et je ne le regrette pas. Karine Lambert nous raconte l’histoire de cinq femmes qui partagent un immeuble parisien; cinq femmes qui ont toutes renoncé au désir et à l’amour. Telle une ruche, elles évoluent autour de la propriétaire surnommée « la Reine ». Jusqu’au jour où Juliette, une nouvelle locataire, va venir bousculer les habitudes de l’immeuble. Il se dégage beaucoup de fraîcheur de cette fiction à la fois tendre, poétique et grave. La lectrice apprécie le style humoristique de l’auteure et son énergie débordante. Les locataires de « la casa Celestina » sont toutes attachantes: Guiseppina qui traîne sa patte folle, Rosalie qui vit dans son passé, la Reine en ancienne danseuse-étoile, Simone qui n’ose plus danser et Carla en voyage en Inde…chaque lectrice retrouvera une part d’elle même à travers l’histoire de ces femmes qui ont décidé de ne plus prendre le risque d’aimer. A noter les nombreuses références artistiques qui ponctuent intelligemment le roman et apportent leur lot d’émotions. Il ne faut pas croire que les hommes sont absents de cette fiction; bien au contraire. Ce petit roman, facile à lire, nous invite à la réflexion tout en souriant. Bon moment de lecture.

Vivre vite. P. Besson

Voici un roman choral qui se lit à toute vitesse, à l’image de la spyder 550 de James Dean filant sur le bitume sinueux des collines de Los Angeles. A travers différentes voix, Philippe Besson raconte la vie romancée de cet acteur mystérieux, mort à 24 ans dans un accident de la route. Turbulent, magnétique et inconsolable, James Dean est devenu un symbole de la jeunesse… mais que savons nous de lui? Philippe Besson nous livre, ici, les blessures, les doutes et l’intimité de cette icône intemporelle. Un hommage sans aucune trace d’ennui. Bon moment de lecture.

Les Intéressants. M. Wolitzer

Les intéressants par Wolitzer

Suite aux bonnes critiques publiées dans les médias à propos de ce « page turner », je me suis littéralement embourbée dans la lecture de ce roman américain. Voici le pitch: durant l’été 1974, des adolescents se rencontrent lors d’une colonie de vacances et se baptisent « les Intéressants ». Julie (alias Jules), Ethan, Ash, Goodman, Jonah et Cathy font partie de cette bande d’amis pour le meilleur et pour le pire. Il faut reconnaître le talent de Meg Wolitzer pour dresser, avec finesse, le portrait d’une Amérique d’hier et d’aujourd’hui. La fiction est bien construite et les nombreuses réflexions au sujet de l’Art, l’amitié, l’amour, la famille et le couple sont particulièrement judicieuses. Alors, la lectrice va suivre ce petit groupe, à travers le regard de Jules, pendant quarante ans c’est-à-dire 564 pages. En réalité, cette épaisse saga nostalgique dresse le portrait d’une société américaine en déclin où chaque personnage va vivre une série de drames et de réussites qui ne se révèlent pas tous passionnants. Je dois bien admettre que je n’ai pas trouvé ce roman « intéressant » et encore moins captivant.

La part des flammes. G. Nohant

eho_nohantc

Gaëlle Nohant s’inspire du tragique incendie du Bazar de la Charité, le 4 mai 1897 à Paris, pour construire ce bon roman. Provoqué par un cinématographe, l’incendie avait fait des centaines de victimes dont un grand nombre de femmes aristocrates. De cette fournaise va très vite se dégager des rumeurs colportées par la presse de l’époque. Trois femmes, trois destins vont se croiser dans les flammes du Bazar de la Charité: la duchesse Sophie d’Alençon, la comtesse Violaine de Raezal et la jeune Constance d’Estingel. Trois héroïnes rebelles en quête de liberté. La part des flammes représente ce que chaque personnage va, en définitive, laisser dans cet incendie. C’est un portrait captivant, de la haute société parisienne du XIXème siècle, que nous offre, avec talent, Gaëlle Nohant. De son style métaphorique se dégagent une force, une justesse, un vécu. Fruit d’un long travail de recherche, ce roman soigne particulièrement le détail pour évoquer un personnage, une atmosphère, un lieu. La lectrice se retrouve dans les rues de Paris où du côté des pauvres règnent la misère et la tuberculose et, d’un autre, la bonne société qui fait la charité. Il est question de religion et de croyances dans cette fiction bouleversante, mais aussi des progrès de la médecine à cette époque . En croisant des personnages fictifs et réels, l’auteure passionne la lectrice qui plonge, avec plaisir, dans un moment de lecture romanesque. Un excellent roman sur la féminité et l’Amour dans l’esprit d’une époque. Prix France Bleu. Page des Libraires 2015.

Rebecca. D. du Maurier

Rebecca

Après avoir lu la récente biographie de Daphné du Maurier (« Manderley forever » de Tatiana de Rosnay), je me suis plongée, avec curiosité, dans la lecture de « Rebecca » (1940). Cette nouvelle traduction est une réussite évidente; un moment d’évasion digne d’un superbe livre comme « Gatsby le Magnifique » . Dès la première phrase, la lectrice est conquise et se laisse envoûter par le texte: « J’ai rêvé la nuit dernière que je retournais à Manderley. » La voix de la narratrice, Madame de Winter, nous embarque dans une fiction pleine de mystère et de rebondissements. Au fil des pages, la lectrice suit l’évolution de cette narratrice maladroite, envahie par son imaginaire mais qui va, peu à peu, saisir les rênes de sa vie. Rebecca est, en réalité, le prénom de la première femme de Maxim de Winter, noyée en mer. Il est donc question de rivalité entre la nouvelle femme de Maxim et le fantôme de l’épouse qui hante le domaine de Manderley en Cornouailles. Le thème de l’obsession domine cette fiction finement construite. Manderley, ce très beau manoir, est, ici, un personnage à part entière qui évolue au fil des saisons pour notre plus grand plaisir de lecture.  Avec talent, la romancière dote ses personnages d’une psychologie fine et complexe; l’inquiétante Madame Danvers en est le meilleur exemple. Cette fiction romanesque, qui repose sur un malentendu, tient la lectrice en haleine jusqu’à la dernière phrase; un grand classique de la littérature. Lecture coup de coeur.

Chemins. M. Lesbre

Chemins

Une scène singulière est à l’origine de ce joli roman: un soir, à Paris, Michèle Lesbre aperçoit un homme, assis sous un réverbère, lisant le livre d’Henry Murger « Scènes de la vie bohème  » .  Alors, elle se souvient, avec émotion, des lectures de son père. C’est vrai que le style de Michèle Lesbre s’apparente à celui de Modiano. Infiniment nostalgique, l’auteure se plonge avec mélancolie dans son passé à la recherche de lieux, de personnes, d’objets et de livres. Son style est poétique,tendre et facilement abordable. La lectrice accompagne volontiers l’auteure dans ce voyage, au bord d’un canal, où entre les peupliers défilent les souvenirs. Il est question, ici, des origines et de la mémoire. Au hasard des chemins et des rencontres, Michèle Lesbre part en quête d’un père trop vite disparu; son intime étranger. Excellent moment de lecture.

A Lisbonne, j’ai pensé à toi. L. Ruffato

 

La littérature brésilienne était à l’honneur lors du dernier Salon du Livre de Paris (2015). En achetant ce roman, j’ai découvert un auteur brésilien méconnu au style urbain, réaliste et atypique. Construit à partir de quatre conversations enregistrées entre l’auteur et un clandestin brésilien installé à Lisbonne, ce roman retrace le parcours de Serghino. Après une série d’échecs dans son pays natal, Serghino, le narrateur, part à la recherche de l’eldorado au Portugal. Les phrases, ponctuées de mots exotiques, s’étirent au fil des pages pour mieux captiver notre attention. Pauvre, simple et crédule, Serghino raconte son exil, la tête pleine de rêves de grandeur. Ce clandestin est un personnage attachant coincé dans une existence sans issue. La lecture de ce court roman est un voyage pour la lectrice qui découvre deux pays mais aussi les subtilités entre la langue brésilienne et le vocabulaire lisboète. Luiz Ruffato soulève, avec talent et humour, la question de l’identité. Excellent moment de lecture.

Le cas Eduard Einstein. L. Seksik

Le cas Eduard Einstein par Seksik

Paru en poche, ce roman dévoile la vie familiale méconnue du Prix Nobel de Physique: Albert Einstein (1921). Laurent Seksik a construit son roman à partir de documents et faits réels. Il donne la parole à trois personnages: Eduard, ce fils schizophrène interné et abandonné par son père au moment du divorce de ses parents; Mileva, la mère dévouée d’Eduard et première épouse d’Albert; Albert Einstein lui même, père divorcé, remarié et exilé aux Etats-Unis en 1933. La lectrice découvre la vie d’Eduard à l’asile et le combat de sa mère au quotidien. L’auteur nous parle aussi de la vie intime, tragique, d’Albert sur fond de nazisme et de fascisme. C’est la blessure profonde d’un homme que Laurent Seksik nous raconte avec talent et intelligence. Une histoire bouleversante pleine d’humour et de finesse qui traite de la complexité d’un génie. Excellent moment de lecture.

La Lettre à Helga. B. Birgisson

Ce roman déroutant fait partie de la sélection 2015 du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points. Sa publication, en 2013, a été un vrai succès dans les pays nordiques. Pourquoi? Parce que cette déclaration d’amour est une sorte d’ovni littéraire. La lectrice entre dans un univers intime et sauvage qui traite pourtant des choses simples de la vie comme l’amour, le désir et la mort. Le narrateur est un vieux berger islandais du nom de Bjarni Gislason. En écrivant une lettre à Helga, son grand amour, il revient sur ses choix et sa vie en tentant de trouver des réponses. Le style de l’auteur est aussi rude que le climat d’Islande et la vie à la ferme. Bergsveinn Birgisson ne fait aucun détour, il appelle un chat un chat: « …je te palpais de mes doigts voluptueux et inspectais avec précision les protubérances de la poitrine et la consistance de sa chair. Tu gémissais de bonheur. Te voir nue dans les rayons de soleil était revigorant comme la vision d’une fleur sur un escarpement rocheux. Je ne connais rien qui puisse égaler la beauté de ce spectacle. La seule chose qui me vienne à l’esprit est l’arrivée de mon tracteur Farmall. Arracher l’armature et le carton protégeant le moteur pour découvrir cette merveille éclatante qui allait me changer la vie. » Ce roman qui sent la terre et les bêtes nous parle aussi de tradition, de culture et de transmission. La confidence de Bjarni nous touche et nous bouleverse par sa simplicité. Bon moment de lecture.

Le Chardonneret. D. Tartt

Il faut du temps et de la patience pour lire les mille cent pages du dernier roman de Donna Tartt en version Pocket. Pour commencer, il est impossible de ne pas tomber sous le charme du tableau de Carel Fabritius (1654) représentant un chardonneret captif. La lectrice rentre dans le roman avec facilité et enthousiasme car Donna Tartt maîtrise son sujet et chasse la moindre trace de lassitude. Théo Decker est le jeune héros New-Yorkais de cette fiction et notre narrateur par la même occasion. A l’âge de treize ans, Théo est victime d’un attentat au Metropolitan Museum et perd sa mère dans la catastrophe. Avant de quitter les lieux du drame, il s’empare du tableau représentant « le chardonneret ». La suite des évènements ressemble à une descente aux enfers pour cet adolescent abandonné par son père. De New-York à Amsterdam en passant par Las Vegas, la lectrice se laisse entraîner dans ce thriller captivant. Donna Tartt nous parle d’une Amérique à deux faces: celle des privilégiés adeptes du raffinement et l’autre qui montre une Amérique inculte, dominée par l’argent, la violence et la drogue. Donna Tartt est une miniaturiste qui soigne le détail comme de la dentelle de Delft; parfois à l’excès. Il faut attendre la fin du roman pour découvrir l’analyse passionnante du tableau et les ultimes confidences de Théo, à l’âge de vingt sept ans. Prix Pulitzer 2014.