L’intestin au secours du cerveau. Dr. D. Perlmutter

test

Tout ce qui concerne le bon fonctionnement de l’intestin fait, de plus en plus, l’objet de nombreux livres. Pourquoi? Pour la simple et bonne raison qu’il y a eu de nouvelles avancées scientifiques, dans ce domaine, au cours des dernières années. Notre ventre contient ainsi deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et communiquent directement avec notre cerveau. Le Docteur David Perlmutter est un neurologue américain qui nous explique, dans ce nouveau document, le lien entre notre santé mentale et notre fonctionnement intestinal. Pour lui, c’est notre régime alimentaire qui est déterminant: il faut impérativement nourrir nos bonnes bactéries intestinales pour pouvoir nous défendre face à la maladie. Pour être en bonne santé, il faut absolument réduire l’inflammation par la consommation de graisses du type Oméga 3 (huile d’olive, poissons gras, graines de lin, viande d’animaux nourris à l’herbe…) car notre alimentation actuelle est trop riche en graisses de type Oméga 6. L’auteur insiste sur le rôle protecteur du café, du thé, du vin et nous incite à consommer des aliments fermentés (kefir, choucroute, kombucha…), des probiotiques (Lactobacillus plantarum, Bifidobacterium lactis…), des prébiotiques (ail cru, poireau cru, asperge crue…)… Ce document est très intéressant mais un peu trop savant car il comporte une multitude d’études et statistiques. Ceci dit, nous devrions tous faire un effort de concentration pour assimiler ces nouvelles informations scientifiques; il y va de notre santé!

Désintoxiquez-vous. Dr. V. Vasseur et C. Thévenot

DESINTOXIQUEZ-VOUS

Le Docteur Véronique Vasseur et la journaliste Clémence Thévenot publient un livre pour réveiller nos consciences de consommateurs. Il est grand temps: les médecins dépistent mille cancers par jour, en France ! Face à une pollution chronique, qui nous empoisonne lentement mais sûrement, les auteures nous livrent des conseils précieux afin de nous désintoxiquer: aérer nos intérieurs chaque jour, consommer bio, éviter les détergents agressifs, ne plus chauffer du plastique au micro-ondes, vérifier les ingrédients de nos cosmétiques, cuisiner des produits frais…Le Docteur Véronique Vasseur tire notamment l’alarme à propos des perturbateurs endocriniens qui bloquent la production de nos hormones. Malgré certains passages scientifiques, la lectrice doit se concentrer pour bien comprendre « ce guide qui peut sauver la vie ». Changer nos habitudes de consommation afin d’obliger les industriels à arrêter certaines pratiques, voilà le programme. Notre ami Coluche disait déjà, avec raison: « Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus de saloperies pour que ça ne se vende plus! ». 

Ainsi soit style. S. Lavoine

Ainsi soit style - Les secrets du chic parisien

Derrière son petit air rock’n roll, Sarah Lavoine est une femme du monde qui aime les belles choses. Fille de l’ancien directeur du magazine « Vogue » et d’une mère décoratrice, cette jolie parisienne partage, ici, ses astuces, ses idées mais aussi ses recettes et ses précieuses adresses. Dans ce pêle-mêle, Sarah Lavoine invite la lectrice à transformer son intérieur en havre de paix pour mieux vivre. En bousculant les codes, elle nous incite à appliquer le mix & match en rythmant, par exemple, les compositions, en jouant sur les lignes de force et en détournant les objets. Du salon à la salle de bains, en passant par la cuisine et la chambre, elle conseille sur le choix des couleurs, des matières, des éclairages et des agencements dans un style coloré qui invite aux voyages. Du côté de Marrakech, New York, Bali ou Tokyo, cette globe trotteuse élégante est toujours à la recherche d’objets, de lieux et de tendances qu’elle nous fait partager. Bien plus qu’un livre de décoration, cet ouvrage très personnel, nous parle d’un art de vivre à la française. 

 

La puissance de la joie. F. Lenoir

Voici un livre anti-déprime qui fait beaucoup de bien en cette fin d’année. Frédéric Lenoir, philosophe et sociologue, traite, ici, du moteur de notre vie: la joie. « Rien ne nous rend plus vivants que l’expérience de la joie » . Mais comment la cultiver dans une société comme la nôtre? Tout en s’appuyant sur des philosophes comme Spinoza, Nietzsche et Bergson, Frédéric Lenoir témoigne de son expérience de vie monastique avec beaucoup d’émotions. Il nous propose une réflexion, un accès vers la joie de vivre: « La joie de vivre que nous avons perdue, celle de notre enfance, vit encore à l’intérieur de nous, telle une source enfouie sous un tas de cailloux. » L’auteur nous conseille de laisser jaillir la joie dans nos vies et nous enseigne une manière de l’apprivoiser par certaines attitudes comme la confiance, l’ouverture du coeur, la bienveillance, la gratitude, la méditation etc… Nous suivons, volontiers, les sages conseils de Frédéric Lenoir pour tendre vers un état de bonheur en accord avec les autres. Moment de lecture propice.

10 jours dans un asile. N. Bly

Détails sur le produit

Voici le reportage passionnant d’une journaliste infiltrée dans l’asile de Blackwell’s Island, à New York, en 1887. Nellie Bly n’a pas froid aux yeux lorsqu’elle se fait passer pour folle afin d’enquêter sur les conditions de vie des pensionnaires de cet établissement. Ce qu’elle va découvrir dépasse tout entendement et nous renseigne un peu plus sur la nature humaine. Au bout de dix jours d’enquête en enfer, la journaliste retrouve sa liberté et publie ce reportage sous forme de feuilleton dans le « New York World » Journal.  Grâce à son travail, une enquête du grand jury fût menée dans cet asile permettant l’amélioration des conditions de vie des internées. En bonus, la lectrice poursuit sa lecture avec un autre reportage: « Dans la peau d’une domestique » , une tentative de Nellie Bly d’enquêter sur les gens de maison via deux agences de placement. Enfin, un dernier reportage « Esclave moderne » traite de son immersion dans une fabrique de boîtes, à New York, où elle recueille les témoignages d’ouvrières attachantes. Ces deux reportages ressemblent aux gravures de métiers anciens aujourd’hui disparus; panorama d’une époque. Nellie Bly fût une pionnière du journalisme d’investigation et une figure légendaire de la presse américaine. Bon moment de lecture.

Le charme discret de l’intestin. G. Enders

Détails sur le produit

Loin du glamour et des paillettes, voici un best-seller qui traite d’un organe mal aimé et mal connu: l’intestin. Giulia Enders, auteure allemande et doctorante en médecine, a souffert très jeune d’une maladie de peau miraculeusement guérie suite à un changement radical de son alimentation. Au fil du temps, la jeune femme se passionne pour la gastro-entérologie et fait une thèse à l’université de Francfort. D’après ses nombreuses recherches, l’intestin serait notre deuxième cerveau; il jouerait un rôle important en matière de surpoids, dépression, diabète et maladies. Basé sur une bibliographie impressionnante, cet essai pédagogique nous offre l’occasion de mieux comprendre le fonctionnement de notre bas ventre en changeant notre regard sur le fond de la cuvette. Même si le ton de certains chapitres reste scolaire, l’essai mérite notre attention. Giulia Enders nous parle avec humour de guerres intestines, de l’importance des bactéries, des probiotiques et des prébiotiques. D’après son constat, il faut trouver le moyen de favoriser, par notre alimentation, les bonnes bactéries logées dans l’intestin, gage de bonne santé. La soeur de Giulia signe les nombreuses illustrations étonnantes et cocasses.

Wild Idea. Dan O’Brien

Wild idea par O'Brien

Imaginez-vous: assis sur le porche d’un ranch au milieu des Grandes Plaines du Dakota. Le paysage est à couper le souffle: un ensemble de vallons infinis embrasés de lumière. Au loin, évoluent des oiseaux, des chiens de prairie, des chevaux, des antilopes et des bisons. Vous êtes à l’écoute du récit de Dan O’Brien qui est à la fois éleveur, fauconnier, biologiste et écrivain. Après avoir tenté de réintroduire le faucon pèlerin dans les montagnes rocheuses, il réalise que tout est lié dans l’écosystème. Alors, il fonde « Wild Idea » , une entreprise d’élevage et de production du bison dans le respect de l’éthique écologique indienne. Pour la lectrice, ce témoignage est incroyablement passionnant. Dan O’Brien est un cow-boy bourru au coeur tendre; un ami; un époux et beau-père aimant. Au ranch, beaucoup de personnages attachants évoluent: Erney, Jill, Jilian, Colton, Gervase etc…et d’autres compagnons épatants: Hank, Oscar, Camo, Blacky, Granny, Gus…Mais tout est loin d’être idyllique et ce récit montre à quel point cette aventure écologique est une lutte permanente. Dan O’Brien a le grand mérite de nous aider à mieux comprendre le lien vital entre l’homme et la nature en partageant son histoire intime avec ses lecteurs. Excellent moment de lecture.

Prenez votre santé en main! Dr. F. Saldmann

Le nouveau livre du Docteur Saldmann nous enseigne comment utiliser nos ressources personnelles afin d’améliorer notre vie. Il existe de petits gestes simples à pratiquer au quotidien: le gargarisme, apprendre à se moucher, assurer une bonne hygiène etc… Le Docteur Saldmann insiste sur l’importance de ne pas prendre de poids avec l’âge et donne quelques méthodes pour freiner notre appétit. Le sport, pratiqué trente minutes par jour, peut nous aider à gérer efficacement notre capital santé. L’importance d’une bonne alimentation est également soulignée tout comme une sexualité épanouie qu’il présente comme un secret de longévité. Enfin, cultiver l’optimisme serait un autre moyen de vivre plus longtemps . Ce médecin nous parle du corps mais aussi des forces de l’esprit et livre, en bonus, quelques astuces pour gérer nos angoisses et notre stress quotidien.

 

L’année de la pensée magique. J. Didion

Dans nos sociétés occidentales, la mort est un sujet tabou. C’est pour cette raison que ce récit, qui analyse l’expérience du deuil, a rencontré un très large public. Autobiographique, ce journal du malheur, tenu par Joan Didion, traite de l’absence et de la confrontation au vide. En effet, en décembre 2003, voici que cette journaliste et écrivaine se retrouve subitement veuve; son mari, l’écrivain John Gregory Dunne, est foudroyé par la mort. Au même moment, leur fille, gravement malade, se trouve dans le coma à l’hôpital. Sincère et humble face au deuil, Joan Didion revient sur sa vie de couple et sur les lieux où ce tandem a vécu de New-York à Honolulu en passant par Los Angeles. La pensée magique représente la force de l’imagination, le sentiment de pouvoir contrôler les événements. Entre-temps, le texte a été adapté au théâtre notamment à Paris. Considérée comme une auteure culte aux Etats-Unis, Joan Didion, âgée de quatre vingt ans, est actuellement la nouvelle égérie de la campagne Céline. Prix Médicis Essai. National Book Award. 

Body blues. Elsa Boublil

Elsa Boublil nous confie un secret dans ce récit poignant. La journaliste mélomane raconte son enfance abusée par deux adultes en qui elle avait toute confiance. La petite fille va, alors, se construire dans le silence et dans la peur, en cachant son traumatisme alors que son corps s’exprime à travers diverses maladies. C’est, finalement, sa rencontre avec son mari, Philippe Torreton, qui va lui permettre d’exorciser sa souffrance en couchant ses maux sur le papier. Trente ans plus tard, l’auteure nous livre pudiquement son bouleversant secret. Aujourd’hui, mère de deux petits enfants, elle se bat pour éviter de leur transmettre ses angoisses et ses terreurs.  Sur un air de Jazz, Elsa Boublil décide de transformer sa douleur en force.

Journal de la création. N. Huston

Passionnée par « l’éternel féminin », j’attendais beaucoup de cet essai autobiographique publié par Nancy Huston en 1990. Ce fût certainement, à l’époque, une petite révolution féminine. Pourtant, aujourd’hui, il me paraît, quelque peu, désuet et frustrant. Les meilleurs passages sont liés à ses rêves de future mère, ses doutes, ses réflexions. Toute l’étude biographique à propos de couples célèbres face à la création et la maternité (Fitzgerald, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre ou Virginia et Leonard Woolf etc…) prend une place considérable dans cet essai. L’auteure convoque trop de monde. C’est bien son journal et tout ce qui touche à sa propre expérience, son ressenti de femme, qui capte la lectrice. Nancy Huston donne l’impression de ne pas vouloir se livrer entièrement en se cachant derrière l’expérience d’autres intellectuels. Il est pourtant vrai que le rapport entre la création et la procréation, d’une part, et le rapport entre corps et esprit, d’autre part, sont des sujets qui passionnent. Est-il possible d’être mère et créatrice?

Paris Intérieur. P. Le Guillou

Résultat de recherche d'images pour "paris intérieur philippe le guillou"

Les expatriés, comme moi, sont d’éternels touristes à Paris. Alors, un récit comme celui de Philippe Le Guillou capte instantanément mon attention sur la table d’une librairie. Promeneur mais aussi citoyen du deuxième arrondissement de Paris, l’auteur nous guide dans son quartier, n’hésite pas à entrer dans les commerces et ses églises puis visite quelques monuments. Sur un ton nostalgique, il nous raconte le Sentier, la Bourse, les Grands Boulevards, Montorgueil etc…Parfois poète, parfois rétrograde, Philippe Le Guillou se dévoile en arpentant les trottoirs de cet arrondissement de Paname qui évolue avec son temps, malgré lui. La lectrice se régale de souvenirs, d’histoire et de légendes. Beaucoup de personnages attachants comme celui de Dehbia, la propriétaire de « la Grappe d’Orgueil », figure emblématique. La lectrice accompagne Philippe Le Guillou dans ses promenades chroniques jusqu’à la frontière avec l’autre monde; un autre arrondissement.  Bon moment de lecture.

Libres, insoumises et audacieuses. C. Champenois et C. Bendayan

Ce livre nous est présenté comme « un regard sur le monde » ; Claire Champenois expose les portraits de dix-sept femmes venues d’Orient jusqu’en France. Dans le détail, chacune raconte son parcours, parle de sa famille et nous confie une part d’intimité. Pour la majorité, il a d’abord été question d’un combat pour leur liberté et leur indépendance malgré le milieu social, l’éducation et la double culture. Certaines ont bravé la violence, la peur et bien d’autres obstacles pour atteindre le sommet de leur vie professionnelle et gérer une vie de femme, de mère. Rachida Dati ou Najat Vallaud-Belkacem sont, ici, les plus célèbres mais il y a aussi d’autres témoignages stupéfiants: une cinéaste, une astronome, une soprano, une chef d’orchestre, une restauratrice…Les belles photos de Catherine Bendayan contribuent à porter un autre regard sur ces femmes libres, insoumises et audacieuses.

La plus belle lettre de St Valentin par Sophie Marie Dumont. Premier prix du concours pour le magazine « Marie France »

Mon amour,

Chaque matin est une promesse de bonheur lorsque je pense à toi. Dès l’aube, j’observe les bateaux glisser sur la Seine comme ton regard qui caresse, à cet instant précis, le papier. Et je me dis qu’aucune sculpture, aucun tableau, aucun livre ou création ne pourra jamais égaler la beauté de mes sentiments pour toi. Je suis celle que tu attends depuis longtemps et je te propose de me découvrir en suivant quelques étapes: en parcourant les petites rues escarpées de Montmartre tu dénicheras mon versant romantique; en croisant les péniches du canal St Martin tu sentiras les tumultes de mon cœur; si tu t’amuses du côté du quartier latin tu connaîtras ma part d’enfance; si tu voyages du côté de Belleville tu découvriras mon goût pour l’exotisme; et si tu croises un couple d’amoureux sur le pont des Arts, tu devineras notre futur bonheur. Je te donne rendez-vous, samedi, dans un petit hôtel romantique de la rive gauche pour, enfin, t’aimer comme personne. A deux pas du Musée d’Orsay, tu ne pourras pas te tromper car tu y croiseras des galeristes, des artistes et quelques habitués de St Germain des Prés. Je te donne un indice: l’hôtel porte le nom d’un écrivain français. A vingt-heures, dirige toi vers la bibliothèque de l’hôtel, je t’y attendrai au coin du feu. Je sais que tu aimes le mystère. Désormais, il te suffit de suivre tout simplement le chemin qui te mène à notre histoire. Mais surtout n’oublie pas: de New-York à Shanghai, d’Amsterdam à Dubaï, quoiqu’il arrive: tu me trouveras au bout du monde.

Devenir soi. J. Attali

Christophe Barbier

Jacques Attali est bien placé pour savoir qu’il ne faut plus rien attendre des politiques et du pouvoir en place. Ce conseiller d’Etat et écrivain nous invite, ici, à chercher le talent qui se cache en nous pour ne plus dépendre de personne ni tenter d’obtenir une assistance permanente. Il dresse, tout d’abord, un tableau pessimiste et angoissant face à notre avenir et dénonce « les désastres » de notre société comme, par exemple, celui du système primaire scolaire. « Devenir soi » passe par une prise de conscience pour poursuivre ensuite un chemin en cinq étapes, sa méthode. Si le fond du livre est construit sur du bon sens, la forme ne motive pas beaucoup la lectrice. Jacques Attali fournit une surabondance d’exemples qui rend la lecture lassante. Il faut attendre la page 150 pour qu’enfin, l’auteur nous livre sa clé du « devenir soi ».

 

Le bonheur s’apprend, la santé aussi. Dr. G. Leborgne

Le bonheur s´apprend, la santé aussi. La médecine officielle et les autre médecines : pour y voir clair

Un petit livre, plein de bon sens, à propos de la médecine et les remèdes naturels. Comment se soigner? Comment prévenir la maladie? En partant du témoignage du peuple Hounza, qui ignore la maladie, l’auteur nous parle de bonheur et de santé et nous transmet sa longue expérience de médecin. Illustrée par de nombreuses anecdotes de  patients, sa démarche consiste à nous aider à participer à notre santé en nous sensibilisant aux différentes approches médicales. Un livre ponctué de « récréations » et de dessins qui a été écrit avec une bonne dose d’humour. Beaucoup de répétitions utiles qui ne lassent jamais la lectrice. Un manuel de médecine naturelle à garder dans son armoire à pharmacie.

Belges&Buts. A. Du Bus et M. Vellut

Détails sur le produit

Voici un pur produit belge: les petites histoires des diables rouges, l’équipe nationale de football. Impossible de ne pas lire ce petit livre sans sourire et se remémorer Enzo Scifo, Jean-Marie Pfaff, Preud’Homme, Goethals etc… Anecdotes, scandales, citations hilarantes, résultats de match et quizz ponctuent ce livre bourré d’autodérision. D’un coup, la voix d’Arsène Vaillant surgit derrière les mots et les souvenirs d’enfance affluent…  Matthieu Vellut (et son compère) démontre, ici, son implacable humour de supporter. Bon moment de lecture!

Eloge du Chat. S. Hochet

Stéphanie Hochet - Eloge du chat.

Un essai qui nous donne une autre image de notre catus. En effet, Stéphanie Hochet traverse l’histoire et la littérature pour analyser la représentation du chat dans l’inconscient de l’homme. Entre séduction, souplesse et fascination, l’auteure nous parle de l’ambiguïté, de la liberté et de la crainte de la racine féline. L’intérêt de cet essai est de mieux comprendre la place prise par le chat dans nos sociétés, dans la littérature (« Alice au pays des merveilles », « la Chatte » etc…)  mais aussi dans le cinéma à travers divers auteurs. Un éloge qui rend hommage à notre animal domestique préféré en traitant de l’humain. Stéphanie Hochet cherche à démontrer, dans cet essai, la part divine du chat.

L’élégance. N. Rykiel

Couverture du livre L'élégance

Nathalie Rykiel est une femme de mode et une passionnée de littérature. Entourée de 15 invités, elle tente de donner, dans ce manifeste, une définition au thème insaisissable de l’élégance. Le livre est joli et particulièrement bien illustré par Vahram Muratyan. Le premier texte où Nathalie Rykiel se revoit enfant en pyjama observant sa mère, qui se prépare à sortir dîner, est particulièrement touchant car il nous renvoie à nos premiers émois de petite fille face à l’élégance. Nathalie Rykiel oppose, avec finesse, l’élégance au style et nous invite à magnifier la pudeur. Au fil des pages, l’auteure retrace l’histoire de la maison Rykiel et son parcours aux côtés de sa mère. Viennent ensuite les témoignages des invités qui livrent, chacun, leur vision de l’élégance: Sylvie Guillem dans le domaine de la danse, Pascal Cribier dans les jardins, Cédric Villani dans les mathématiques, Pierre Hermé dans la pâtisserie… Izia, chanteuse et comédienne, signe un témoignage plein de fraîcheur et d’intelligence. Malheureusement, la nouvelle inélégante et complètement déplacée d’Emmanuel Carrère, « la brune aux deux orgasmes » , vient entacher l’ouvrage. Pour la lectrice, chercher l’élégance ne peut être un prétexte à écrire tout et n’importe quoi. Si Nathalie Rykiel voulait un ouvrage anti-conformiste: le voici. A la fin du manifeste, Sonia Rykiel répond à « l’élégance en questions  » . Le livre sortira à l’occasion de la fashion week de Paris, fin septembre.

Le sel de la vie. F. Héritier

Le Sel de la vie

Ce petit livre, prêté par ma copine Jo, m’a tout de suite intrigué. Comme « la première gorgée de bière » , j’ai découvert une autre liste de sensations et de souvenirs; un style très en vogue depuis « la liste de mes envies ». Et pourtant, Françoise Héritier est une femme qui, l’air de rien, incite à nous découvrir à travers nos sens. Cette chercheuse nous surprend par sa capacité d’émerveillement, d’observation des petites choses qui font le quotidien: « croquer des radis, se lever et dire non, soupeser un melon, pleurer au cinéma »... A travers les mots, elle nous éclaire sur son long parcours de femme. Ses souvenirs d’Afrique sont particulièrement touchants « sortir sur le tarmac à la saison des pluies à la nuit à Niamey et sentir l’odeur chaude et épicée de la terre africaine, avoir une pleine corbeille de bracelets africains, faire le tour d’un énorme baobab, rire encore au souvenir du chaton au bord d’une route togolaise qui mangeait voracement et le poil hérissé des morceaux de viande un peu pimentés… ». Cette liste souvent poétique est faite de joie, de découvertes, d’amitié, d’amour mais aussi de maladie, de peur, de cauchemars et de mort. Un livre à lire en toutes circonstances pour se demander ensuite: quel est le sel de ma vie? A vos plumes!

Le dernier Léonard De Vinci. F.McLaren

Voici un document qui a nécessité sept années de travail. A la mort de son père, Fiona McLaren s’intéresse à un tableau familial mystérieux pour émettre une hyptothèse qui bouleverse toute la chrétienté. Consciente de la fragilité de sa théorie, l’auteure interpelle souvent la lectrice pour tenter d’expliquer le bien fondé de sa démarche. Croyante, Fiona McLaren sait parfaitement à quel point ce document questionne. La lectrice oscille d’ailleurs entre interrogations et l’envie d’en savoir plus. Fiona McLaren commence par analyser consciencieusement le tableau, ses personnages et le contexte historique. Elle retrace, ensuite, à travers le temps, l’histoire des culdées, des cathares, des mérovingiens ainsi que les codes propres au francs-maçons (la rose, la coquille, le lys…) du chemin de Compostelle à Marseille. La lectrice se sent souvent perdue devant tant de matière heureusement illustrée par quelques photos. La partie consacrée à Louis XIV est la plus intéressante. Un document, sous forme d’enquête, qui ne laisse pas indifférent.

Suite à un accident grave de voyageur. E. Fottorino

Suite à un accident de voyageur, Éric Fottorino

Eric Fottorino nous a particulièrement ébloui avec son roman « l’homme qui m’aimait tout bas » (cf ce blog). Sa plume poétique et son humanisme caractérisent sa personnalité et son style littéraire. Ce petit livre, d’une soixantaine de pages, est un document qui nous interpelle à propos d’accidents graves de voyageur. Tous les « RERiens » et toutes les « RERiennes » ont été confrontés à ces annonces qui taisent le drame et provoquent des réactions en chaîne parfois surprenantes. Eric Fottorino, usager régulier et sensible de la ligne A, s’interroge sur ces suicides qui ont « proliféré comme une épidémie. » Il cherche à identifier, sans succès, ces gens devenus « impuissants à se trouver la plus petite raison de poursuivre le chemin. » Au-delà des rumeurs, l’auteur scrute leurs visages dans l’oeuvre d’Edward Hopper. Il cherche les mots derrière le silence et nous émeut: « Il est des voyages autour de soi d’où l’on ne revient jamais. La foule était immense mais ils n’ont vu personne et personne ne les a entendus. » Seul le passage lié aux échanges sur forum est un peu long. Eric Fottorino nous parle, avec compassion, de notre société individualiste face à la mort, à la souffrance et la douleur. Un livre à lire, sur la ligne A, entre Cergy et Marne-la-vallée.

 

Dans le jardin de la bête. E. Larson

Erik Larson propose un document historique qui recrée la trame et l’étoffe de la vie à Berlin pendant l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler. L’auteur se focalise sur les années 1933 et 1934 au moment où Roosevelt nomme son Ambassadeur en Allemagne nazie: William E. Dodd. La famille Dodd composée du père, de la mère et de leurs deux enfants s’installe, sans fastes, à Berlin. A travers le regard de l’Ambassadeur Dodd et de sa fille Martha, la lectrice est replongée dans une époque peu connue, de complots, de trahisons et de mensonges, qui culminera jusqu’à « la nuit des longs couteaux ». Pendant que Dodd cherche désespérément à prévenir le département d’Etat américain des persécutions envers les Juifs, Martha ne cesse de s’amuser et de séduire des nazis et autres protagonistes de la future guerre. Ce qui frappe dans ce document, c’est l’assiduité avec laquelle l’auteur fournit un travail d’une grande précision pour reconstituer un moment clé de l’histoire. Ce document, épais, arrive à captiver par sa construction en nombreux chapitres aux références multiples. Ce livre est avant tout le portrait d’un homme, William E. Dodd, qui apparaît humain, bien que parfois naïf, et dont le combat contre le nazisme ne cessera qu’à sa mort en 1938. Malgré le sujet, Erik Larson arrive à capter notre intérêt tout au long de la lecture de ce document sidérant. Sélection Grand Prix des Lectrices du « Elle » 2013.

Notre force est infinie. L. Gbowee

Après le magnifique témoignage d’ Hélène Cooper dans  » la maison de Sugar Beach » (meilleur document, Grand Prix des Lectrices du « Elle » 2012) voici un autre document sur le Liberia. Leymah Gbowee a reçu le Prix Nobel de la paix en 2011 pour l’ensemble de son travail. Cette Libérienne, née en 1972, perd sa joie de vivre lorsque la guerre civile éclate au tout début des années 1990. Soumise et fataliste, elle assiste dépressive et alcoolique aux combats menés par les troupes du dictateur Charles Taylor. La violence subie, au sein de sa famille et à l’extérieur, l’incite à renforcer sa foi. Au prix d’une incroyable volonté, d’une ténacité exceptionnelle, cette femme africaine relève la tête et mène de front une armée de femmes afin de ramener la paix au Liberia. Mère de cinq enfants, chef de file du WIPSEN (réseau des femmes pour la sécurité et la paix), Leymah Gbowee raconte son incroyable lutte pour la dignité féminine ou comment elle est devenue un formidable symbole d’espoir. Dans ce document bouleversant, la lectrice appréhende la cruauté, la bestialité des hommes en guerre et se familiarise avec la culture libérienne où règne l’entraide au sein même d’une société pauvre. Beaucoup de témoignages et de faits accablants livrés par des participantes de groupes de paroles. Sans titre, sans religion, sans ethnie, un mouvement féminin lutte en permanence pour la paix au Liberia. Leymah Gbowee a réussi à sortir de sa situation familiale pour devenir une femme libre et entraîner avec elle une foule de femmes à qui elle crie: « n’arrêtez jamais« . Sélection Grand Prix des Lectrices du « Elle » 2013.

Réanimation. C. Guilbert

Un document à propos de la maladie qui surgit dans un couple comme un coup de canon. Dès les premières phrases, la lectrice ressent ce « quelque chose qui a lieu« .  Dans un style profond et intelligent, l’auteure questionne, médite, sur la vie et la mort. En faisant référence aux contes et à la mythologie, Cécile Guilbert nous entraîne dans cette parenthèse médicale située entre rêves et cauchemars. Hommage au service de réanimation de l’hôpital Lariboisière où son mari est plongé dans un coma artificiel.  Oscillant entre un hymne à la vie et l’angoisse de la perte, Cecile Guilbert écrit, avant tout, une très belle lettre d’amour à l’homme de son coeur. Sélection Grand Prix des Lectrices du « Elle » 2013.

Eloge de l’Optimisme. Ph. Gabilliet

Voici un essai qui réconforte. Etant membre de la ligue des optimistes de France, j’ai rencontré Philippe Gabilliet lors du premier diner de la ligue, le 12.12.12. Luc Simonet, un belge à l’origine de la ligue, signe l’avant-propos de cet ouvrage facile à lire. L’auteur revient sur l’origine de cette notion et invite à réfléchir sur notre vision des choses en cette période de crise. Il décrit l’optimiste type et ce qui le différencie fondamentalement du pessimiste dans notre société et dans le monde du travail. L’optimisme est un art de vivre, l’antidote de tous les désespoirs, un état d’esprit à transmettre de manière urgente. A lire et à offrir.

Trois américaines à Paris. A. Kaplan

Alice Kaplan nous livre un beau document à propos de trois femmes américaines devenues légendaires: Jacqueline Bouvier Kennedy, Susan Sontag et Angela Davis. Ce triptyque identitaire nous montre à quel point leur voyage en France a eu une incidence sur la vie de chacune. Jacqueline Bouvier Kennedy était une bourgeoise, esthète et grande éditrice qui a été influencée par la culture française depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Susan Sontag, intellectuelle juive et autodidacte, a su se forger une identité après cette expérience déterminante. Angela Davis, de par sa condition d’afro-américaine communiste, a trouvé en France une protection vitale contre le racisme. Grâce à la France, ces trois femmes se sont réconciliées avec elles-mêmes. Alice Kaplan retrace le parcours de chacune en fournissant beaucoup de témoignages et d’anecdotes. Le nombre de références et notes ainsi que le travail de consultation d’archives, par l’auteure, impressionnent. Ce qui frappe, à travers ce document, ce sont les grandes différences qui séparent ces femmes, dès le départ, mais dont le dénominateur commun est l’amour de la France. Elles incarnent les aspirations de trois générations successives de 1949 à 1964. De plus, la lectrice découvre, avec intérêt, tout un pan de la culture et de l’histoire de France et des Etats-Unis.  Alice Kaplan expose, avec précision et élégance, l’impact de cette révélation française sur ces trois destins de femmes. Sélection Grand Prix des lectrices du « Elle » 2013.

 

La tête à ToTo. S. Kollender

La-tete-a-toto.jpg

Sandra Kollender est mère d’un enfant handicapé, atteint du syndrome de West. A travers ce document, qu’elle écrit comme un roman autobiographique, elle invite la lectrice à découvrir sa douleur et son combat. Beaucoup de compassion et d’attendrissement face à cette auteure et les épreuves de sa vie. Dans un style direct et drôle, cynique mais parfois un peu trop féroce, la narratrice décrit sa lutte quotidienne pour l’intégration scolaire de son fils. Un document dont le thème principal est le pouvoir de l’amour maternel. Cette leçon de vie est aussi un cri pour faire évoluer la France et les handicaps: « wake up la France! ». Sélection Grand Prix des lectrices du « Elle » 2013.

Cher Gabriel. H. W. Freihow

Voici un magnifique document, d’un auteur norvégien, qui traite de l’autisme. Cette lettre touchante, d’un père à son fils, est écrite dans un style poétique, bucolique et métaphorique. La nature est, ici, omniprésente. Gabriel nous apparaît tel « Le Petit Prince de St Exupéry », exigeant, entêté, rêveur et naïf, en quête perpétuelle de vérité. L’auteur se questionne par rapport à la maladie de son fils. Il parle en son nom de narrateur mais aussi au nom du couple fragile qu’il forme avec la mère de Gabriel. Un couple qui refuse, avant tout, de capituler face à l’épreuve. Il est question, dans ce document, de l’amour de Gabriel mais aussi de toute l’empathie, la bienveillance et de la compassion ressenties dans l’entourage du garçon. Halfdan Freihow écrit de manière passionnée à son fils cadet pour lui expliquer également à quel point sa maladie entraîne des difficultés. Un père qui va jusqu’à s’excuser de manquer de force et d’énergie face à cet être différent des autres. Poignante définition du chagrin. Traduction imperceptible. Ce document nous captive par toute la beauté et la tendresse qui s’en dégagent. Coup de coeur! Sélection Grand Prix des Lectrices du « Elle » 2013.

La décade de l’illusion. M. Sachs

La Décade De L'illusion de Maurice Sachs

Un trésor, écrit en 1932, trouvé sur une poubelle parisienne. Sacrilège! N’avez-vous jamais rêvé d’être projeté, quelques heures, dans le Paris d’antan? Comme Woody Allen dans « Midnight in Paris », Maurice Sachs nous fait revivre la décade des années 1922 à 1932. Au présent, nous croisons des centaines de personnages: écrivains, artistes, politiques, acteurs, célébrités… Nous dînons « au boeuf sur le toît » en compagnie de Marie Laurencin, Desnos, Aragon ou Maurice Rostand et visitons les maisons de Coco Chanel, Gertrude Stein, Gide…Une des particularités de Maurice Sachs est son caractère humaniste, il décèle toujours nombre de qualités et de vertus chez ses acolytes. Il s’emploie, aussi, à décrire avec authenticité l’oeuvre de chacun et dépeint méticuleusement des quartiers, des lieux, des rues; un monde révolu. Il mêle l’histoire de France à l’histoire de l’Art et laisse, pour notre plus grand plaisir, une trace précieuse. Avec une prédilection pour Jean Cocteau, Jacques Maritain, Max Jacob et Pablo Picasso, ses « grands sorciers », l’auteur nous livre le témoignage d’un spectateur particulièrement attentif à ces exquises années.