L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes. K. Lambert

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Comment choisit-on un livre? Dans le cas de ce roman, c’est son curieux titre qui m’a interpellé. Ensuite, Karine Lambert a reçu le Prix Saga Café du Meilleur Premier Roman Belge (2014). Dans ces conditions, j’ai décidé de glisser ce roman dans mon sac de plage et je ne le regrette pas. Karine Lambert nous raconte l’histoire de cinq femmes qui partagent un immeuble parisien; cinq femmes qui ont toutes renoncé au désir et à l’amour. Telle une ruche, elles évoluent autour de la propriétaire surnommée « la Reine ». Jusqu’au jour où Juliette, une nouvelle locataire, va venir bousculer les habitudes de l’immeuble. Il se dégage beaucoup de fraîcheur de cette fiction à la fois tendre, poétique et grave. La lectrice apprécie le style humoristique de l’auteure et son énergie débordante. Les locataires de « la casa Celestina » sont toutes attachantes: Guiseppina qui traîne sa patte folle, Rosalie qui vit dans son passé, la Reine en ancienne danseuse-étoile, Simone qui n’ose plus danser et Carla en voyage en Inde…chaque lectrice retrouvera une part d’elle même à travers l’histoire de ces femmes qui ont décidé de ne plus prendre le risque d’aimer. A noter les nombreuses références artistiques qui ponctuent intelligemment le roman et apportent leur lot d’émotions. Il ne faut pas croire que les hommes sont absents de cette fiction; bien au contraire. Ce petit roman, facile à lire, nous invite à la réflexion tout en souriant. Bon moment de lecture.

Les Intéressants. M. Wolitzer

Les intéressants par Wolitzer

Suite aux bonnes critiques publiées dans les médias à propos de ce « page turner », je me suis littéralement embourbée dans la lecture de ce roman américain. Voici le pitch: durant l’été 1974, des adolescents se rencontrent lors d’une colonie de vacances et se baptisent « les Intéressants ». Julie (alias Jules), Ethan, Ash, Goodman, Jonah et Cathy font partie de cette bande d’amis pour le meilleur et pour le pire. Il faut reconnaître le talent de Meg Wolitzer pour dresser, avec finesse, le portrait d’une Amérique d’hier et d’aujourd’hui. La fiction est bien construite et les nombreuses réflexions au sujet de l’Art, l’amitié, l’amour, la famille et le couple sont particulièrement judicieuses. Alors, la lectrice va suivre ce petit groupe, à travers le regard de Jules, pendant quarante ans c’est-à-dire 564 pages. En réalité, cette épaisse saga nostalgique dresse le portrait d’une société américaine en déclin où chaque personnage va vivre une série de drames et de réussites qui ne se révèlent pas tous passionnants. Je dois bien admettre que je n’ai pas trouvé ce roman « intéressant » et encore moins captivant.

Wild Idea. Dan O’Brien

Wild idea par O'Brien

Imaginez-vous: assis sur le porche d’un ranch au milieu des Grandes Plaines du Dakota. Le paysage est à couper le souffle: un ensemble de vallons infinis embrasés de lumière. Au loin, évoluent des oiseaux, des chiens de prairie, des chevaux, des antilopes et des bisons. Vous êtes à l’écoute du récit de Dan O’Brien qui est à la fois éleveur, fauconnier, biologiste et écrivain. Après avoir tenté de réintroduire le faucon pèlerin dans les montagnes rocheuses, il réalise que tout est lié dans l’écosystème. Alors, il fonde « Wild Idea » , une entreprise d’élevage et de production du bison dans le respect de l’éthique écologique indienne. Pour la lectrice, ce témoignage est incroyablement passionnant. Dan O’Brien est un cow-boy bourru au coeur tendre; un ami; un époux et beau-père aimant. Au ranch, beaucoup de personnages attachants évoluent: Erney, Jill, Jilian, Colton, Gervase etc…et d’autres compagnons épatants: Hank, Oscar, Camo, Blacky, Granny, Gus…Mais tout est loin d’être idyllique et ce récit montre à quel point cette aventure écologique est une lutte permanente. Dan O’Brien a le grand mérite de nous aider à mieux comprendre le lien vital entre l’homme et la nature en partageant son histoire intime avec ses lecteurs. Excellent moment de lecture.

Spring Hope. S. Savage

Spring hope -

Ce joli petit livre est un album de souvenirs. Une femme, devenue vieille, se souvient de son enfance et d’un lieu en Caroline du Sud: Spring Hope. A la manière de Georges Perec, Sam Savage débute ses phrases par « je me souviens… ». Les thèmes abordés sont ceux de l’enfance, la figure de la mère, les discriminations raciales, la nature, la famille, le temps qui passe, la littérature…Ce petit roman est, en fait, une oeuvre d’imagination où Sam Savage pèse chaque mot et rend hommage à sa mère: « une lectrice cosmopolite dans une ville insignifiante… ». Un livre à lire lentement en savourant chaque mot. « J’ai envie de dire que la page s’est noyée dans la rivière du temps. » Bon moment de lecture.

Mariage à l’indienne. K. Daswani

Mariage à l'indienne

Par hasard, j’ai trouvé ce roman, rose et kitch, dans une gare. Sa première parution date pourtant de 2006. Kavita Daswani raconte l’histoire d’une jeune indienne, Anju, à la recherche du prince charmant à Bombay puis à New-York où elle s’installe en célibataire. Le thème principal de ce roman léger est celui de la condition de la femme indienne aujourd’hui. A la fois drôle et pathétique dans sa démarche, Anju est un personnage véritablement attachant; une femme tiraillée entre coutume et liberté qui souffre de solitude et d’un manque d’amour. La lectrice suit volontiers les pérégrinations amoureuses de cette indienne devenue journaliste de mode dans un monde ultra superficiel. Ce roman amusant est un voyage; une découverte exotique succulente. Finalement, Kavita Daswani nous entraîne bien plus loin que le terminus du train. Bon moment de lecture.

Rebecca. D. du Maurier

Rebecca

Après avoir lu la récente biographie de Daphné du Maurier (« Manderley forever » de Tatiana de Rosnay), je me suis plongée, avec curiosité, dans la lecture de « Rebecca » (1940). Cette nouvelle traduction est une réussite évidente; un moment d’évasion digne d’un superbe livre comme « Gatsby le Magnifique » . Dès la première phrase, la lectrice est conquise et se laisse envoûter par le texte: « J’ai rêvé la nuit dernière que je retournais à Manderley. » La voix de la narratrice, Madame de Winter, nous embarque dans une fiction pleine de mystère et de rebondissements. Au fil des pages, la lectrice suit l’évolution de cette narratrice maladroite, envahie par son imaginaire mais qui va, peu à peu, saisir les rênes de sa vie. Rebecca est, en réalité, le prénom de la première femme de Maxim de Winter, noyée en mer. Il est donc question de rivalité entre la nouvelle femme de Maxim et le fantôme de l’épouse qui hante le domaine de Manderley en Cornouailles. Le thème de l’obsession domine cette fiction finement construite. Manderley, ce très beau manoir, est, ici, un personnage à part entière qui évolue au fil des saisons pour notre plus grand plaisir de lecture.  Avec talent, la romancière dote ses personnages d’une psychologie fine et complexe; l’inquiétante Madame Danvers en est le meilleur exemple. Cette fiction romanesque, qui repose sur un malentendu, tient la lectrice en haleine jusqu’à la dernière phrase; un grand classique de la littérature. Lecture coup de coeur.

Comme tous les après-midi. Z. Pirzâd

Comme tous les après-midi

Zulma publie, en édition poche, ce joli petit livre couleur pistache. L’auteure iranienne, Zoyâ Pirzâd, nous donne accès à la littérature persane grâce à ces dix-huit courtes nouvelles qui se situent entre le conte et la fable. Dans un langage simple, imagé et poétique, Zoyâ Pirzâd met en scène des personnages caractéristiques qui illustrent les préoccupations quotidiennes des femmes iraniennes . Les principaux thèmes du livre sont ceux de la société, de l’amour, du temps qui passe et de la nature humaine. De ce livre coloré se dégage une force émotionnelle puissante; un recueil de métaphores. « Les fleurs au centre de ce couvre-lit » et « Les pétunias de Raheleh » sont mes textes préférés. Un moment de lecture comme une invitation au voyage.

Chemins. M. Lesbre

Chemins

Une scène singulière est à l’origine de ce joli roman: un soir, à Paris, Michèle Lesbre aperçoit un homme, assis sous un réverbère, lisant le livre d’Henry Murger « Scènes de la vie bohème  » .  Alors, elle se souvient, avec émotion, des lectures de son père. C’est vrai que le style de Michèle Lesbre s’apparente à celui de Modiano. Infiniment nostalgique, l’auteure se plonge avec mélancolie dans son passé à la recherche de lieux, de personnes, d’objets et de livres. Son style est poétique,tendre et facilement abordable. La lectrice accompagne volontiers l’auteure dans ce voyage, au bord d’un canal, où entre les peupliers défilent les souvenirs. Il est question, ici, des origines et de la mémoire. Au hasard des chemins et des rencontres, Michèle Lesbre part en quête d’un père trop vite disparu; son intime étranger. Excellent moment de lecture.

ORAHE. La méthode Estelle Lefébure

A quelques années de la cinquantaine, Estelle Lefébure est toujours aussi belle. Son secret? Une philosophie de vie qu’elle confie dans ce livre cartonné, illustré de magnifiques photos.  Adepte du paddle, du yoga, de la natation, de la sophrologie et de la marche, la top mène une vie saine entre Saint Barth et la France. Intolérante au gluten et au lactose, elle livre, ici, des recettes faciles et accessibles. Sa méthode, basée sur la nutrition, le sport et la beauté est pleine de bon sens et donne vraiment envie de changer nos mauvaises habitudes de citadines. Mention spéciale pour les astuces de voyage. Moment de lecture zen.

A Lisbonne, j’ai pensé à toi. L. Ruffato

 

La littérature brésilienne était à l’honneur lors du dernier Salon du Livre de Paris (2015). En achetant ce roman, j’ai découvert un auteur brésilien méconnu au style urbain, réaliste et atypique. Construit à partir de quatre conversations enregistrées entre l’auteur et un clandestin brésilien installé à Lisbonne, ce roman retrace le parcours de Serghino. Après une série d’échecs dans son pays natal, Serghino, le narrateur, part à la recherche de l’eldorado au Portugal. Les phrases, ponctuées de mots exotiques, s’étirent au fil des pages pour mieux captiver notre attention. Pauvre, simple et crédule, Serghino raconte son exil, la tête pleine de rêves de grandeur. Ce clandestin est un personnage attachant coincé dans une existence sans issue. La lecture de ce court roman est un voyage pour la lectrice qui découvre deux pays mais aussi les subtilités entre la langue brésilienne et le vocabulaire lisboète. Luiz Ruffato soulève, avec talent et humour, la question de l’identité. Excellent moment de lecture.

Les vitamines du soleil. M. Dugain

Cette nouvelle est extraite du recueil de Marc Dugain: « En bas, les nuages » (2008). Idéale pour emporter en voyage, cette version Folio (2 euros) relate la rencontre d’un auteur français, expatrié au Maroc, avec une femme mystérieuse . Soleil et vitamines mais aussi suspense, originalité et rebondissements sont les principaux ingrédients de cette nouvelle efficace. Marc Dugain nous parle de ses doutes d’écrivain mais aussi du genre humain et de sa part d’ombre. Bon moment de lecture.

La Lettre à Helga. B. Birgisson

Ce roman déroutant fait partie de la sélection 2015 du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points. Sa publication, en 2013, a été un vrai succès dans les pays nordiques. Pourquoi? Parce que cette déclaration d’amour est une sorte d’ovni littéraire. La lectrice entre dans un univers intime et sauvage qui traite pourtant des choses simples de la vie comme l’amour, le désir et la mort. Le narrateur est un vieux berger islandais du nom de Bjarni Gislason. En écrivant une lettre à Helga, son grand amour, il revient sur ses choix et sa vie en tentant de trouver des réponses. Le style de l’auteur est aussi rude que le climat d’Islande et la vie à la ferme. Bergsveinn Birgisson ne fait aucun détour, il appelle un chat un chat: « …je te palpais de mes doigts voluptueux et inspectais avec précision les protubérances de la poitrine et la consistance de sa chair. Tu gémissais de bonheur. Te voir nue dans les rayons de soleil était revigorant comme la vision d’une fleur sur un escarpement rocheux. Je ne connais rien qui puisse égaler la beauté de ce spectacle. La seule chose qui me vienne à l’esprit est l’arrivée de mon tracteur Farmall. Arracher l’armature et le carton protégeant le moteur pour découvrir cette merveille éclatante qui allait me changer la vie. » Ce roman qui sent la terre et les bêtes nous parle aussi de tradition, de culture et de transmission. La confidence de Bjarni nous touche et nous bouleverse par sa simplicité. Bon moment de lecture.

Chien de printemps. P. Modiano

Ambiance Sépia pour ce petit roman publié en 1993. Le narrateur revient sur sa rencontre fortuite, trente ans auparavant, avec le photographe Francis Jansen. En 1964, un jeune homme tente de faire de l’ordre dans les archives alors que le photographe disparaît mystérieusement au Mexique. L’écrivain devient alors le double du célèbre photographe et se souvient de son entourage: Colette, Nicole, Gil, Jacques Besse, Eugène Deckers, les Meyendorff etc.. La lectrice retrouve un style, une ambiance mais aussi Paris et les thèmes chers à l’auteur comme celui de l’identité, de la mémoire, du temps qui passe et de la mort. Modiano explore un territoire d’incertitudes et tente de reconstituer ses souvenirs. Cette fois, ce sont des photographies et un film d’action qui permettent, notamment, de retrouver les traces du passé. « Chien de Printemps » est une illusion qui oscille entre rêve et réalité. Bon moment de lecture.

Bain de lune. Y. Lahens

Yanick Lahens nous emmène loin de chez nous. Cette auteure caribéenne conte une saga familiale dramatique qui s’étend sur quatre générations de paysans dont certains opportunistes, en Haïti. Au début du roman, la lectrice est réellement transportée dans ce paysage exotique rural. Munie de son glossaire créole, le dépaysement est total. Malgré cette beauté, la violence, la cruauté et la sauvagerie de certains personnages nous déconcertent. Yanick Lahens raconte, avec ardeur, les histoires d’amour mais aussi les multiples conflits qui déchirent les familles Lafleur et Mésidor, habitants du village d’Anse Bleue. Sous un régime de dictature implacable, il est souvent question de séismes et d’ouragans.  Le style de Yanick Lahens est empreint d’une poésie puissante et tragique: « vivre et souffrir sont une même chose. » L’auteure aborde des thèmes universels comme ceux de l’amour, la mort, la nature, le sacré et l’invisible avec l’immuable île d’Haïti en toile de fond. Bon moment de lecture. Prix Fémina 2014.

Remise de peine. P. Modiano

Remise de peine

Ce roman est, pour moi, une des meilleures fictions de Patrick Modiano. En effet, l’auteur donne l’impression de nous faire partager une part plus intime de lui: son enfance avec son frère. Au début des années cinquante, Patrick, alias Patoche, et son frère Rudy sont confiés à de curieuses amies de leurs parents, éternellement absents. L’auteur a vingt-cinq ans lorsqu’il se remémore des lieux, des mots, des personnages, des jeux et des histoires…Ce qui est bouleversant, ici, c’est la capacité de Modiano à se mettre à la hauteur de l’enfant qu’il était et à retracer des souvenirs avec son frère comme leurs peurs et fantasmes liés au château du marquis de Caussade. Il y a, dans ce roman, une touche supplémentaire de mystère et de merveilleux qui procurent, à la lectrice, une vaste palette d’émotions tout au long de la lecture. Excellent moment de lecture.

Rue des boutiques obscures. P. Modiano

Ce roman, publié en 1978, ressemble à un film du cinéaste belge André Delvaux (« Un soir, un train », « Benvenuta », « Rendez-vous à Bray  » …) tant la limite entre l’onirique et le mystère est floue. Les thèmes de la mort et du temps qui passe sont omniprésents dans les deux oeuvres ce qui rend l’atmosphère singulièrement étrange et inquiétante. Modiano est profondément marqué par la Belgique flamande alors que Delvaux est le symbole même du cinéma belge moderne. L’histoire du roman est celle de Guy Roland, un détective amnésique qui part à la recherche de son passé. La lectrice retrouve les pièces du puzzle préféré de Modiano: des noms, des lieux, des bottins, des voix, ses parents, son frère Rudy, l’enfance, l’évocation de l’Occupation, Paris et sa banlieue…L’enquête de Guy Roland le mène de Paris à Mégève jusqu’à Bora Bora et Rome où il retrouve une adresse: 2 rue des boutiques obscures. Comme toujours chez Modiano, le narrateur tente de reconstituer un passé sans vraiment y parvenir. Sous prétexte d’une enquête, Modiano se demande: qu’est-ce qu’une vie? L’excipit du roman: « Elle a déjà tourné le coin de la rue, et nos vies ne sont-elles pas aussi rapides à se dissiper dans le soir que ce chagrin d’enfant? » répond à l’incipit: « Je ne suis rien. » Prix Goncourt 1978.

L’herbe des nuits. P. Modiano

L'Herbe des nuits

Ce roman publié en 2012 est un mélange d’oubli et de mémoire, là où Modiano excelle. Jean, le narrateur de cette quête, remanie son carnet noir, aux notes disparates, afin de reconstituer le passé et comprendre certains faits. A Paris, au cours des années soixante, il rencontre Dannie, une jeune femme aux multiples identités, qu’il va chercher à cerner. « Qu’est-ce que tu dirais si j’avais tué quelqu’un? » lui avait elle demandé; en vain. C’est donc bien plus tard, grâce au commissaire Langlais et son rapport d’enquête, que notre narrateur va pouvoir analyser cette zone d’ombre. Comme d’habitude, dans les romans de Modiano, la frontière entre le réel et l’onirique est floue tout comme la notion de temps: « ..le temps palpite, se dilate, puis redevient étale, et peu à peu vous donne cette sensation de vacance et d’infini que d’autres cherchent dans la drogue, mais que moi je trouvais tout simplement dans l’attente. » Modiano traverse Paris dans un brouillard nostalgique où il croise les fantômes du passé et nous offre une oeuvre cartographique. Bon moment de lecture.

La gaieté. J. Lévy

La gaieté par Lévy

Lire un roman de Justine Lévy, c’est comme ouvrir une boite de bons chocolats: on déguste. Dans ce quatrième roman, Louise, alias Justine Lévy, a décidé d’arrêter d’être triste lors de sa première grossesse. Il est vrai qu’elle en connaît un bout sur la tristesse et le chagrin. Elle se souvient de la rencontre avec le père de ses enfants au moment où elle hésitait « entre la défenestration et le meurtre ». Au cours de la lecture, son mal-être nous empoigne tandis que ses petits remèdes font sourire: « …mes « Nicorette » qui me font zozoter » .  Malheureusement, les grossesses convoquent l’enfance et certains mauvais souvenirs ressurgissent. Louise se pose des questions, cherche les réponses et escamote sa mémoire à volonté. Ce roman ressemble à une confidence encombrée de tristesse. Le style de Justine Lévy est toujours aussi direct, plein de dérision, d’humour et de cynisme. Les phrases sont longues comme ses cheveux d’enfant avant qu’une méchante marâtre ne les coupe. Sa mère est omniprésente; il est également question du père (BHL) qui apparaît toujours comme l’homme fort de la situation. Elle décrit également son quotidien en famille avec Pablo et ses enfants. Il faut bien avouer que les passages les plus réjouissants sont ceux qui racontent justement son quotidien de mère et quelques anecdotes enfantines. Mais Louise est toujours rattrapée par ses peurs, ses angoisses et son éternelle crainte de l’abandon. Alors, la lectrice ressent l’envie de la rassurer, de taire ses incertitudes et de lui préparer un bon couscous au beurre avec des raisins secs. Heureusement, Louise fait barrage aux mauvaises transmissions… Mieux que le Xanax, le Doliprane ou le Cymbalta, espérons que la gaieté fasse bientôt son effet. Bon moment de lecture.

Vestiaire de l’enfance. P. Modiano

Patrick Modiano a publié ce roman intemporel en 1989. La lectrice y retrouve un univers particulier et les obsessions récurrentes de l’auteur: l’enfance, des lieux, des visages, des noms, des fragments de souvenirs… En toile de fond de cette fiction, il y a une ville du sud qui pourrait être Tanger sous un soleil écrasant. Jimmy Sarano y refait sa vie après avoir quitté Paris dans d’étranges circonstances. Expatrié, il rédige des chroniques pour Radio-Mundial. Sa rencontre avec une jeune française va brusquement perturber sa vie: cette femme lui rappelle vaguement quelqu’un. Alors, les souvenirs ressurgissent et le narrateur se replonge dans le Paris des années soixante du côté de la place de Clichy. Pour notre grand plaisir, le style de Patrick Modiano est empreint d’humour et de cynisme dans ce roman original.

La disparition de Richard Taylor. A. Cathrine

Ce roman choral, publié en 2007, n’a l’air de rien et pourtant il réserve bien des surprises tout au long de la lecture. Richard Taylor, un trentenaire anglais marié et père d’une petite fille, décide de disparaître brusquement du paysage londonien. La lectrice a l’avantage de pouvoir continuer à le suivre au fil de ses rencontres. Chaque chapitre laisse entendre une femme: Susan (son épouse), Rebecca (sa collègue), Jean (sa mère), Jennifer (sa voisine)… et chacune nous donne sa version à propos de Richard Taylor. Arnaud Cathrine est un écrivain à la plume franche qui se fout bien des conventions. Les thèmes traités sont ceux du mensonge, de la lâcheté dans le couple, de la disparition, du désir et de l’abandon. La brutalité du style déroute au début mais le ton est juste, réaliste. Finalement, cette fiction noire est composée avec ingéniosité ce qui rend la lecture poignante.

Livret de famille. P. Modiano

Ce « Livret de famille », publié en 1977, est un ensemble de nouvelles surprenantes qui traitent principalement de la mémoire, des origines et du temps qui passe. Patrick Modiano livre des anecdotes liées à son univers intime comme la naissance de sa fille, des moments partagés avec son frère Rudy ou la rencontre de ses parents sous l’occupation. Les figures du père et de la mère reviennent constamment au fil des pages. Certaines nouvelles sont empreintes d’un humour exquis et d’un cynisme étonnant: l’épisode où son père l’emmène à la chasse à courre est réellement irrésistible. Comme à son habitude, l’auteur nous entraîne dans des quartiers, des rues, des cafés, des hôtels où le narrateur rencontre des personnages mystérieux liés à sa famille. Le personnage du « gros » , rencontré à Rome, est particulièrement attachant. Patrick Modiano sonde à nouveau son passé et nous entraîne jusqu’en Egypte et en Tunisie. Pour notre grand plaisir, il offre des réminescences de sa jeunesse et nous réserve, ici, un autre excellent moment de lecture.

Villa triste. P. Modiano

Ce roman publié, en 1975, est véritablement singulier. En effet, même si la lectrice retrouve quelques ingrédients récurrents chez Modiano, quelque chose de différent se dégage de cette fiction. En toile de fond, il y a la ville d’Annecy sous un soleil d’été; une ville de province surannée fréquentée par la bourgeoisie non chalante des bords du lac. Victor, le narrateur, retrace son histoire d’amour, en 1962, avec Yvonne Jacquet, une jolie femme, mannequin et actrice débutante. Pour la séduire, le narrateur se fait passer pour le « comte Victor Chmara » et jongle admirablement bien avec le mensonge. Dans un premier temps, le couple séjourne à l’hôtel L’hermitage puis dans la « villa triste » du docteur René Meinthe, un bourgeois homosexuel se faisant passer pour « la reine des Belges ». A nouveau, Patrick Modiano tente de reconstituer le passé sans vraiment y parvenir. Il situe des rues, des endroits, des cafés et se remémore des personnages avec une certaine nostalgie. Le ton est souvent léger et humoristique dans cette fiction au caractère universel. La force de l’auteur réside essentiellement dans sa capacité à reconstituer une atmosphère élégante et pleine de charme.

Un pedigree. P. Modiano

Patrick Modiano - Un pedigree.

Cette autobiographie fait allusion au roman du même nom publié par l’écrivain belge Georges Simenon (1948). Patrick Modiano dévoile, ici, des souvenirs épars de son enfance et de sa jeunesse avec une dose de tendresse mais aussi de pitié. Ses parents (un père juif et une mère belge) apparaissent notamment comme des êtres égoïstes, intéressés et manipulateurs: « ...je ne me suis jamais senti un fils légitime et encore moins un héritier. »  Avec distance, Patrick Modiano nous livre des faits et anecdotes sans état d’âme tel un documentaire, ce qui déconcerte. Discret en ce qui concerne l’intime, il ne parle pas d’un événement, pourtant capital, qui le touche: la mort de son frère. La lectrice retrouve des thèmes propres à Modiano: la question des origines et de la famille mais aussi sa constante quête d’identité. Un récit pour tourner définitivement les pages d’un passé qui ne semble pas lui appartenir.

Voyage de noces. P. Modiano

La quête d’identité est le thème majeur de ce roman qui se présente sous forme d’enquête. Un homme désabusé se retrouve à Milan dans la chaleur du mois d’août. A l’hôtel, il apprend le suicide d’une cliente française et fait le rapprochement avec une femme juive rencontrée quelques années auparavant: Ingrid Teyrsen. Bouleversé par sa mort, le narrateur rentre en France et organise sa propre disparition en périphérie de Paris. Il assemble, alors, les souvenirs liés à Ingrid et à Rigaud, son compagnon, auquel il va curieusement s’identifier. Patrick Modiano fait appel aux souvenirs, aux sensations, aux lieux pour évoquer un moment tragique de l’histoire. Au cours de sa lecture, la lectrice retrouve la petite musique caractéristique du style de Patrick Modiano et des thèmes récurrents comme celui du temps qui passe ou celui de la déportation. Excellent moment de lecture.

La petite bijou. P. Modiano

Détails sur le produit

Le titre du roman « la petite bijou » vient du surnom de la narratrice lorsqu’elle avait sept ans. Patrick Modiano se glisse parfaitement dans la peau de Thérèse, la narratrice devenue jeune femme. Inspirée par un personnage de Balzac, « la petite bijou » croise dans le métro de Paris sa mère qu’elle pensait morte. En la suivant jusqu’à son domicile de Vincennes, elle revient sur leur passé énigmatique. Au fil de la lecture, un malaise s’installe chez Thérèse, perpétuellement à la recherche d’elle même. Dans une certaine confusion, la narratrice tente de recomposer le puzzle de son enfance, croise des personnages évanescents et revient sur des lieux qui n’existent plus. Patrick Modiano mêle toutes sortes de souvenirs, images, couleurs et sonorités dans cette fiction troublante, angoissante. L’atmosphère nostalgique du roman donne à la lecture un caractère singulier entre rêve et réalité. Bon moment de lecture.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier. P. Modiano

Le dernier roman de Patrick Modiano, Prix Nobel de Littérature 2014, a des allures de polar. Jean Daragane est le personnage principal de cette fiction teintée de mystère et de chagrin. Lorsqu’il perd son carnet d’adresse, un couple énigmatique se présente et lui demande des informations à propos d’un certain Guy Torstel. Malgré lui, Jean Daragane se replonge, alors, dans le Paris des années cinquante et sa banlieue. Entouré de personnages énigmatiques comme celui d’Annie Astrand, sa mère de substitution, Jean Daragane se souvient progressivement de son enfance et d’une maison étrange. Le style de Patrick Modiano est incroyablement subtil et accessible. La lecture de son roman ressemble à une confidence aux résonances nostalgiques. L’omniprésence de la nature ajoute des notes poétiques à ce puzzle délicat. Un roman comme un ravissement. Coup de coeur!

Petit éloge de la nuit. I. Astier

Petit éloge de la nuit - Ingrid Astier

Voici un petit livre très agréable à lire et à emporter pour la modique somme de deux euros! Ces fragments autour de la nuit dévoilent la passion nocturne d’Ingrid Astier. Déjà, la couverture évoque l’importance de la bande-son inspirée par la nuit: ACDC, Metallica, Chopin, dDamage etc…l’auteure évoque aussi des poètes, des cinéastes, des peintres, des romans et certains membres de l’antigang français qu’elle fréquente. Son petit dictionnaire très original rassemble des mots parfois étranges: « paupières nictitantes » , « oniricide » , « nyctalope » …mais aussi des définitions poétiques comme celle du « pyjama: le chat passe sa vie entière en pyjama. » Ingrid Astier est une rêveuse, une contemplatrice qui observe l’obscurité judicieusement. Bon moment de lecture.

Fleur de tonnerre. J. Teulé

Détails sur le produit

Mon premier est un repère dans le temps; mon deuxième est situé entre la tête et le corps; mon tout est ce qui terrorisait la plus grande tueuse de tous les temps: l’ANKOU. Début 19ème, sur les terres de Plouhinec parsemées de menhirs , la petite Hélène écoute les terrifiantes légendes bretonnes racontées par son père. Alors, la petite fille baptisée « fleur de tonnerre » s’investit d’une mission morbide et part pour une mortelle randonnée en laissant, derrière elle, sa mère empoisonnée. La plume trempée dans l’encre noire, Jean Teulé raconte; son style pittoresque amuse malgré le funeste destin de Fleur de Tonnerre. Et tandis que des bigoudènes traversent la lande comme une nuée d’oiseaux noirs, Fleur de Tonnerre empoisonne à tour de rôle, perdue entre rêve et réalité. Pourtant, accrochée à la façade de Notre Dame de la Haine, la roue de la fortune tourne, poussée par un auteur exalté.

En face. P. Demarty

Pierre Demarty - En face.

Le premier roman de Pierre Demarty nous embarque dans un voyage immobile: à Paris, Jean Nochez décide de quitter sa femme et ses deux enfants pour s’installer dans l’appartement d’en face, à leur insu. A noter que notre anti-héros est un homme particulièrement terne, sans surprise. Après son déménagement, il se contente de voyager entre son appartement, son travail et le café « les indociles heureux ». Et c’est, précisément, dans ce café qu’il rencontre notre narrateur. Avec beaucoup de cynisme, ce dernier nous raconte cette histoire improbable avec un flot considérable de détails. Le style singulier de Pierre Demarty est empreint d’humour, de détours et de références. Certains diront qu’il en fait beaucoup trop. Pour sa part, la lectrice aurait souhaité plus de profondeur au niveau de la psychologie des personnages. Pourquoi Jean Nochez fait-il ce choix? Comment sa femme, Solange, vit-elle cette rupture? Pierre Demarty est un écrivain prolixe qui interpelle la lectrice à tout bout de champ en jouant sur les mots et en ouvrant toutes sortes de parenthèses. Un roman aux notes poétiques qui fait appel à une solide culture générale.

Le poison d’amour. E. E. Schmitt

Le Poison d'amour

Voici le dernier roman d’Eric-Emmanuel Schmitt, un auteur prolifique qui vit à Bruxelles. Dramaturge, romancier, cinéaste…il publie, début octobre, le second volet de son diptyque sur la passion. Dans « Le poison d’amour » , Eric-Emmanuel Schmitt nous parle des premiers émois amoureux à travers le journal intime de quatre amies, adolescentes.  Mais comment croire en l’amour dans une société où les parents se séparent? Au Lycée, Julia et Raphaëlle préparent la représentation théatrale de « Roméo et Juliette » tandis que Colombe et Anouchka s’inquiètent…L’amour est-il un poison? Dans le fond, Eric-Emmanuel Schmitt se pose les bonnes questions et imagine une fiction crédible, sans ennui. Mais dans la forme, il est évident qu’aucune adolescente d’aujourd’hui ne s’exprime dans le langage de l’auteur; trop châtié. Ce roman tragique a cependant le mérite de nous éclairer sur les problèmes psychologiques et sentimentaux de nos adolescents avec une certaine clairvoyance. Bon moment de lecture.