La vérité sur l’Affaire Harry Quebert. J. Dicker

Voici un roman différent; un roman construit « à l’américaine » et dont l’auteur est suisse. Sa jolie couverture est une oeuvre d’Hopper. Ce qui est, d’abord, surprenant pour la lectrice que je suis, c’est de se retrouver dans le contexte de la première élection de Barack Obama et de terminer cette lecture le jour de la réelection du président des Etats-Unis. L’auteur nous entraîne, ici, dans un compte à rebours: l’enquête sur le meurtre de Nola Kellergan dont est accusé, son amant, Harry Quebert. Marcus Goldman, le narrateur, va tenter de démontrer l’innocence de son mentor en enquêtant à Aurora, une ville tranquille en Amérique. Ce livre romanesque, de plus de six cent pages, est un petit bonheur même s’il comporte, évidemment, des longueurs. Les différents scénarios proposés par Marcus Goldman sont systématiquement remis en question et déroutent nos intimes convictions. A travers cette histoire, l’auteur nous parle de notre société mais surtout d’imposture, d’amour et de littérature. Le rôle de l’écrivain y est clairement défini: « Ecrire, cela signifie que vous êtes capable de ressentir plus fort que les autres et de transmettre ensuite. Ecrire, c’est permettre à vos lecteurs de voir ce que parfois ils ne peuvent pas voir. » Le génie de Joël Dicker est d’arriver à téléscoper, avec justesse, différentes époques. Un roman complexe écrit dans un style simple. Prix du Roman de l’Académie Française 2012. Prix Goncourt des Lycéens 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.