Une chanson douce. L. Slimani

Chanson douce

Inspiré d’un fait divers américain, ce roman sombre débute par une phrase choc: « le bébé est mort. » Sans attendre, Leïla Slimani nous plonge dans un cauchemar psychologique qui captivera, d’abord, un lectorat féminin. La fiction débute par une épouvantable scène de crime: un double infanticide commis par une nounou. Petit à petit, l’auteure affûte sa plume pour retracer les événements menant au drame. Paul et Myriam sont les parents de Mila et Adam, une charmante famille parisienne.  Après la naissance de son fils, Myriam décide de retravailler malgré les réticences de Paul. Finalement, les jeunes parents rencontrent différentes nounous potentielles dont Louise, une fée du logis quadragénaire: « Son visage est comme une mer paisible, dont personne ne pourrait soupçonner les abysses. » Mais qui est cette femme? Derrière les apparences, Leïla Slimani nous présente une femme dont la santé psychologique est fragile. Dans un style direct, l’auteure aborde différents thèmes de société: le rapport de classe entre une nounou isolée, rongée par les dettes et un couple bobo parisien; l’ambition dévorante de jeunes parents absents qui confient ce qu’ils ont de plus précieux à une inconnue. Au fil des pages, le piège de la dépendance se referme. Louise se positionne comme seconde mère tout en restant une étrangère… un roman efficace aux accents familiers. Excellent moment de lecture. Prix Goncourt 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.