Confiteor. J. Cabré

Confiteor

J’attendais beaucoup de ce livre épais (sept cent pages) qui m’est finalement tombé des mains. Confiteor! Ce roman confession ne s’adresse certainement pas à tout le monde car Jaume Cabré écrit, ici, des morceaux de mémoire sans cohérence évidente et il faut être une très bonne lectrice pour suivre le narrateur au fil des pages. L’auteur nous tutoie, vouvoie, passe du « je » au « il » et nous entraîne dans des récits, des époques (Inquisition, Franquisme, Shoah…) trop variés. La liste des personnages est, elle aussi, bien trop longue. La lectrice se retrouve plongée dans une sorte de chaos épuisant tant l’amplitude du roman est grande. Pourtant, la vie intime d’Adria Ardevol, et de ses parents antiquaires, captive au cours des premiers chapitres. Nous suivons l’histoire, brouillée, de cette famille espagnole depuis les années cinquante jusqu’à nos jours avec un certain enthousiasme et une bonne dose de suspense. Adria est un personnage surdoué et attachant comme son ami Bernat. Sa foi en l’Art est un thème qui passionne comme remède face au mal. L’histoire de son violon Storioni est réellement attrayante et sert de fil rouge à la lectrice, avant de le perdre. D’ autres thèmes sont abordés comme ceux de la culpabilité, du mensonge, du secret, du mal, de l’enfance, de l’amour…dans ce roman démesuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.